Détour en Amérique du Sud – Prélude

in #fr2 years ago (edited)

Si vous préférez une version en anglais, il est possible de trouver la traduction à cette adresse. Bonne lecture !
If you prefer an english version of this article, let's try this link ;) Enjoy your reading !

Commençons avec une petite musique pour accompagner votre lecture (clique (c’est pas un piège ! (ça pourrait, mais non, ça n’en est pas !)

image.png
C’est pas l’Amérique du Sud, c’est Luxembourg 😉 Vous allez comprendre…

Pour commencer cette série d’articles, je vais repartir sur une petite présentation. Je m’appelle Armand, Reizak pour les intimes… et les moins intimes en fait ! La légende raconte également que je suis le Mouton, parfois même que je contrôle la magie du Mouton… C’est vrai que le contraire n’a jamais été prouvé…

Je suis ingénieur en informatique industrielle (ou presque (ça devrai se faire (à priori))), tout juste sorti de la merveilleuse école nommée… Haha non je déconne, Epita ça pue la merde, n’y allez pas, n’y envoyez personne. N’EN PARLEZ PAS. Bref, comme beaucoup de gens en sortie de grandes études, j’avais prévu de prendre une petite pause d’un mois, en septembre, suite à un stage de deux mois au Luxembourg. Seulement, négociations obligent, j'ai accepté un contrat qui devait démarrer au plus tard le 17 septembre ! Naïf comme je suis, je me suis dit « Allé, c’est pas grave, je prendrai des vacances plus tard ! C’est un contrat pas mal, à Toulouse en plus, là où je voulais aller… C’est parti pour ce contrat ! ».

HAHAHA… Que nenni, mon pauvre Reizak, niet, PAS DU TOUT, JAMAIS TU NE SIGNERAS CE CONTRAT.

Eh oui, car, comme évoqué ci-dessus, il fallait déjà que je réalise un stage de deux mois pour euh… C’est quoi la formule déjà ? Ah oui : « Valider un choc culturel ». Alors, si je trouve le principe de base déjà complètement con, il faut savoir que j’ai été bien plus choqué culturellement (notamment) au travers de ce stage que ce que je ne pensais ! J’ai fais un super article (non je déconne, c’est probablement le pire article que j’ai écrit (par pitié Steem, sort ta mise à jour que je puisse au moins corriger les fautes (j’ai honte…. ))), donc je ne m’attarderai pas sur ce point.

Toujours est-t-il que pendant ces deux mois, j’ai croisé la Vie au détour d’une ruelle sombre, vaguement éclairée par un lampadaire clignotant, par une nuit d’orage et de pleine lune. Et que la Vie, elle était de mauvaise humeur. Et que la Vie, elle avait sorti sa batte cloutée. Et qu’elle m’a latté les genoux, cette connasse ! Et pas que les genoux d’ailleurs ! Bref, vous l’aurez compris, ces deux mois ont été assez compliqués pour moi.

« Mais qu’est ce que je m’en fous ? » me direz-vous ! « Je m’en balais couille de ton été ! » Ajouterez-vous ! « Va te faire latter le reste des articulations si c’est pour me raconter ça ! » Conclurez-vous !

Alors déjà, c’est pas très gentil de se dire ça… Mais je comprends. Et ensuite, j’ai quand même essayé de faire apparaître un semblant de sourire sur vos visages magnifiques de lecteurs attentifs, au travers de petites blagues, de petites « joke » comme disent nos amis québécois, et j’espère que j’ai réussi !

BRRREEEEEF, j’avais dit que je parlais d’Amérique du Sud !

Au beau milieu de cette énorme PLS cosmique (agrémenté de bon moment bien sûr, c’était pas 100% atroce 😉), j’ai pris une première décision début août : j’avais dit que je prendrai des vacances, alors je prends des vacances. Bordel de couille. SIX PUTAINS MOIS DE VACANCES.

Ouep.

Et j’ai plein d’idée de truc à faire ! Je vais faire de l’escalade, du vélo, je vais aller à Caen, Berlin, Amsterdam, Stockholm, peut être même Mexico…

Vous me voyez venir ? :P

Le mois d’août passe, doucement, mais surement… J’ai beaucoup rasé les murs pour éviter la Vie, mais elle m’a bien rechopé une fois ou deux… Je commençais à avoir très mal aux genoux, alors j’ai appelé la seule personne qui pouvait me sortir de là, le 29 au soir.

«
- Allo Bob ? Tu vas bien ? Dis-moi, ça a du sens si je viens te voir au Mexique, genre, 2-3 semaines ?
- On s’en balais couilles que ça ait du sens, viens !
- Ah ouais j’avoue… Mais t’sais, c’est pour être sûr que tu vas pas passé ton temps à bosser quand je serai là, tu vois…
- VIENS. Et puis si ça te branche, après, on pourrait aller en Floride, au Pérou et en Bolivie. Y’a pas mal de truc à faire, plongée, deltaplane, vélo sur la route de la mort, se mettre en tutu kaki sur le Titicaca…
- Ah ouais j’avoue. Bah écoute j’ai rien de prévu, donc j’arrive.
»

image.png

Voilà, comment je me suis embarqué dans cette aventure : je décolle le 16 octobre prochain, et vous pourrez voir ici des petits récits de notre aventure 😊

La dernière fois qu’on a fait un truc pareil avec Bob (en vrai il s’appelle Daniel hein), on avait reçu une invitation pour un mariage en Alaska. On a ouvert l’enveloppe, on a vu la date, on s’est regardé « Viens on y va » ; « Ok ». Temps de réflexion : 10 secondes.

Si mes conneries n’ont pas réussi à te faire rire, peut être que je pourrais te faire réfléchir : parfois la seule raison de faire une chose un peu folle, c’est simplement qu’on peut la faire. Juste, arrête de réfléchir et go.

Coin Marketplace

STEEM 0.22
TRX 0.02
BTC 12013.40
ETH 397.92
SBD 1.06