"Blockchain” ne veut rien dire

in blockchain •  last year

“Vous continuez d’utiliser ce mot. Je ne pense pas qu’il signifie ce que vous pensez!”


Bitcoin, Ethereum et les autres crypto monnaies sont entrés dans le débat public, mais ils sont aussi liés à un concept largement diffusé, mais mal compris : “la blockchain”. L’idée de blockchain, ce registre digital distribué crypté et amélioré qui soutient Bitcoin et la plupart des cryptomonnaies, est dorénavant utilisé pour décrire du système de transactions interbancaires à la base de données de la supply chain de Walmart. Le terme est tellement généralisé qu’il perd rapidement tout son sens.

“Qu’est-ce qu’une blockchain ? Un mot à la mode de moins en moins bien défini” David Gerard, auteur de “Attack of the 50 Foot Blockchain : Bitcoin, Blockchain, Ethereum & Smart Contracts, joint par email.

De très nombreuses définitions de blockchains sont disponibles dans des articles, fichiers audio et vidéos sur le web. Presque toutes sont fausses puisque partant d’un faux principe. Il n’y a pas de définition universelle d’une blockchain, et il y a un large désaccord sur quels paramètres sont essentiels pour définir une blockchain.

IL N Y A PAS DE DÉFINITION UNIVERSELLE DE BLOCKCHAIN


Le système Bitcoin est considéré comme la première blockchain - une illumination qui a démarrée l’industrie blockchain dont les partisans annoncent qu’elle révolutionnera les monnaies, les gouvernements et bien plus.

Bitcoin a été conçu pour être public et ouvert à tous, sa blockchain née du besoin de garder les participants honnêtes en absence d’une autorité centrale. Son design a sacrifié son rendement pour qu’un participant malhonnête ne paye pas pour réécrire le registre puisqu’il lui en coûterait une puissance de calcul si puissante que cela lui coûterait plus cher que les bénéfices qu’il pourrait en tirer. Pour cela, la blockchain Bitcoin consiste en un registre digitale qui enregistre toutes les transactions effectuées, de la première à la dernière.

Les copies du registres ne sont pas stockées sur un organe centrale ; au contraire, elles sont gardées par des super-utilisateurs appelés “noeuds”. Certains de ces noeuds, appelés “mineurs”, traitent les transactions et les ajoutent dans le registre dans des “blocs”, liant chaque bloc cryptographiquement aux blocs précédents. Miraculeusement, ce système, combiné avec la gestion de l’équipe de développeurs principale de Bitcoin, fonctionne depuis presque 10 ans.

Bitcoin, qui a démarré dans la folie de 2009, “est la première implémentation de la technologie blockchain”, d’après IBM. Et pour le moment, les nombreuses technologies conçues appelées “blockchain” aujourd’hui n’ont pas ou peu de ressemblances avec la blockchain Bitcoin.

DIFFÉRENTES DÉFINITIONS


La définition Google pour “blockchain” est “un registre digitale dans lequel les transactions effectuées en bitcoin ou une autre crypto monnaie sont enregistrés chronologiquement et publiquement”. Alors que la plupart admettent qu’une blockchain est un registre digitale, de nombreuses blockchains n’ont pas de cryptomonnaie associé et pas d’enregistrement public. Certains diraient même qu’une blockchain n’a pas besoin d’être digitale.

Investopedia dit, “Une blockchain est digitale, décentralisée, registre public de toutes les transactions en crypto monnaies”. Une fois encore, la plupart des blockchains ne sont pas publiques, et de nombreuses autres pas décentralisées.

La définition d’IBM dit, “ la technologie Blockchain est utilisé dans un réseau de participants en pair à pair, qui participent tous dans une transaction donnée”. Excepté pour au moins une blockchain connue, celle construite par World Food Programme, il n’y a qu’un participant, lui-même. IBM ajoute : “Puisque le registre est distribué, chaque participant peut voir “l’état du monde” à chaque instant et peut contrôler l’avancement d’une transaction”.La blockchain Mastercard, cependant n’est pas visibles par tous (et ne semble avoir aucune autre utilité qu’un coup de pub, puisque Mastercard a admis que les paiements sont toujours transmis sur leur système existant).

CERTAINS DISENT MÊME QU’UNE BLOCKCHAIN N’A PAS BESOIN D'ÊTRE DIGITALE


L’Estonie est un bon exemple pour voir comment le terme “blockchain” a été déformé et dilué. “Depuis 2007, l’Estonie a mis en place un projet d’identité digital national universel en utilisant une blockchain”, a écrit l’an dernier le Harvard Business Review. Le New Yorker, écrit en Décembre 2017 que “la colonne vertébrale de la sécurité digitale en Estonie est une technologie blockchain”.

Le système Estonien précède la blockchain Bitcoin, et il y a des désaccords sur le fait qu’il faille ou non l’appeler une technologie blockchain.

David Birch, un consultant fintech et auteur de Before Babylon, Beyond Bitcoin, s’est retrouvé à un événement blockchain avec le CIO Estonien, Siim Sikkut, qui semblait confirmer que le système n’était pas une blockchain.

“Je lui ai demandé d’où venait le mythe de la “blockchain Estonienne d’identité” puisque je trouvais particulièrement troublant que cette légende urbaine attire autant d’attentions”, écrit Birch. “Il répondit qu’il devait y avoir un lien avec la mauvaise compréhension des gens sur l’utilisation du hachage pour protéger l’intégrité des données du système Estonien.”

Le fournisseur technologique Estonien, Guardtime, s’est donné une nouvelle image passant de “horodatage lié au hachage” à “technologie blockchain”. Ce n’est pas forcément faux puisque “blockchain” n’a pas de définition faisant consensus, et pour le moment c’est un bon biais marketing.

“JE LUI AI DEMANDÉ D'OÙ VENAIT LE MYTHE DE ‘BLOCKCHAIN ESTONIENNE D'IDENTITÉ’ PUISQUE JE TROUVAIS PARTICULIÈREMENT TROUBLANT QUE CETTE LÉGENDE URBAINE ATTIRE AUTANT D’ATTENTIONS.”


“Nous travaillons depuis longtemps sur le sujet, bien avant que Bitcoin soit pensé” Mike Gault, le PDG de Guardtime, disait dans un email. “Il n’y a pas de nouvelle fonction de cryptage dans Bitcoin, le génie derrière était de prendre différents cryptages dans la construction des blocs en construisant un protocole de crypto monnaies qui encourage les gens à l’utiliser.”

La blockchain est ‘une structure de données en ajout seulement qui contient les enregistrements de données qui sont liés ensemble cryptographiquement”, disait-il. “Les données sont ajoutées à la structure existante quand de multiples participants arrivent à un consensus basé sur des règles pré-établies.”

BLOCKCHAINS PRIVÉES


Une bonne partie des nouvelles propositions de blockchain, comme celles liées à l’industrie financière, sont appelées blockchains “privées”. Les critiques disent que ces projets sont des technologies anciennes se faisant passer pour quelque chose de nouveau.

“Blockchain privée est seulement un nom confus pour une base de données partagée”, écrit Arvind Narayanan, professeur adjoint en informatique à Princeton, qui co-enseigne un cours blockchain apprécié sur Coursera.

Narayanan fait valoir que l’innovation clef derrière la blockchain Bitcoin est le mécanisme de consensus de preuve de travail, qui a été pensé pour pouvoir remplacer une autorité centrale, avec des règles et des incitations qui gardent les membres du réseaux honnêtes. La preuve de travail est inefficace et c’est pour cette raison que le réseau Bitcoin consomme autant d'énergie, donc ce n’est pas forcément une mauvaise chose de l’abandonner. Mais, sans preuve de travail, y a t il quelque chose de vraiment nouveau dans la blockchain?

“BLOCKCHAIN PRIVÉE EST SEULEMENT UN NOM CONFUS POUR UNE BASE DE DONNEE PARTAGEE”


D’autres diront que ce qui distingue une blockchain d’une base de données partagée sont les techniques de chiffrement, écrit Narayan, mais ces techniques ne sont pas nouvelles. “Le chiffrement fait que le système est plus dur à falsifier mais plus facile à contrôler”. Mais ces aspects de la blockchain ne sont pas des innovations liées au Bitcoin! En effet, Satoshi les a seulement légèrement ajustés d’après les travaux de recherches qu’il cite dans son “white paper”, ceux de Haber et Stornetta qui remontent à 1991!”

DÉFINITION DE LA LOI


Cette incertitude a contribuée à la bulle générale de l’industrie en augmentant le nombre de projets “blockchain” et en exagérant les possibilités de cette technologie. Cela pourrait causer dans le futur des problèmes imprévisibles alors que les états passent des législations relatives à la blockchain.

Angela Walch, une professeure associée à St. Mary’s University School of Law and research fellow au Centre for Blockchain Technologies at University College London, a écrit un document relatif à la terminologie blockchain et à la loi.

“De nombreux états sont vraiment dans un rush pour passer une législation pour montrer à quel point ils sont accueillants envers les cryptos et la technologie”, dit-elle. “La plupart d'entre eux ont mis des définitions de la technologie blockchain dans des lois qui sont, de ma perspective, des définitions très problématiques.”

La définition qui interpelle le plus Walch est celle définie par l’état d’Arizona. Arizona’s Electronic Transactions Act a amendé en 2017 afin de clarifier ce qui défini les transactions effectuée sur une blockchain. En faisant cela, le législateur écrit : “La technologie blockchain signifie une technologie de registres distribué qui utilise un registre décentralisé, partagé et répliqué, qu’il soit public ou privé, avec ou sans permission, ou dirigée par une économie basée sur des jetons ou non. Les données sur le registre sont protégés par chiffrement, est infalsifiable et contrôlable, et permet une vérité incensurable”.

DES DONNÉES SUR UNE BLOCKCHAIN NE SIGNIFIE PAS QUE CES DONNÉES SONT JUSTES


Walch est concernée en particulier sur les expressions “infalsifiables” et “vérité incensurable” attribués de manière absolue à une technologie et qui seraient mieux décrit par “difficiles à modifier” et “incensurables tant que les participants au réseau, ce qui inclut les mineurs, les développeurs ou les dictateurs, le veulent bien”. Gideon Greenspan, créateur de Coin Sciences, écrit que le coût pour réécrire la blockchain Bitcoin est à la portée d’un état-nation motivé. Il y a de nombreuses instances de blockchain qui ont été altéré : Bitcoin a été fourché plusieurs fois, comme en 2010 ou une erreur de “dépassement d’entier” dans le logiciel a conduit à la création de 92 milliards de bitcoins et que le réseau entier à du faire machine arrière pour récupérer le registre. Ethereum a été fourché après un piratage en 2016. De plus, due aux règles générales de protection de données de l’Europe, qui sera en application en Mai et qui prévoir que les utilisateurs doivent avoir le contrôle de leur données, les développeurs travaillent dorénavant à de nouveau moyens pour effacer des données des blockchains.

L’expression “vérité non censurée” ignore également le fait que juste parce que la donnée est dans la blockchain elle n’en est pas pour autant juste. Une donnée fausse , telle une erreur sur un enregistrement médical, peut toujours être validée sur une blockchain.

“Que devra faire un tribunal quand cette définition n’a pas de rapport avec la technologie? Et quels seront les implications légales ? disait Walch. “La situation peut être particulièrement complexe.”

Comme si ça ne suffisait pas, la définition de l’Arizona est maintenant utilisé dans les propositions de lois d’autres états, notamment la Californie. Des blockchains ont été proposées à plus de 200 gouvernements pour de nombreuses applications incluants le vote, les registres de propriété et l’identité digital.

VERS UN STANDARD


Victoria Lemieux, professeur associé de science des archives à University of British Columbia chef du pôle de recherche blockchain, conduit un travail visant à développer une terminologie standard pour blockchain pour l’Organisation internationale de normalisation.
“En général, si les transactions sont collectés ensembles dans des blocs, et si les blocs sont sécurisés sur une chaîne utilisant le chiffrement, et que c’est définis pour être inviolable et produit des enregistrements inaltérables, ce système est alors qualifié de blockchain,” dit-elle par mail. “Cela dit, de manière générale, blockchain est souvent un terme qui inclut une large variété de registres distribués, même si les transactions ne sont pas organisés dans des blocs.”

“DIFFÉRENTES COMMUNAUTÉS ÉPISTÉMIQUES SE SONT FORGÉES LEURS PROPRES IDÉES SUR CE QU’EST UNE BLOCKCHAIN.”


Son équipe a été confrontée à de nombreux challenges, incluant le fait que “différentes communautés épistémiques se sont forgées leurs propres idées sur ce qu’est une blockchain, certaines avec une vision politique ou sociale forte autour de l’open source, le partage et l’autonomie.” Ces communautés ne sont pas bien intégrées dans des processus ISO, dit-elle, et de nombreux membres se sentent éclipser par les larges entreprises technologiques et d’autres intérêts commerciaux.

Un autre challenge est la prolifération de définitions légales qui “pourraient vouloir dire que ces juridictions sont en décalage et rendent difficile les processus légaux et l’application de la technologie”, dit-elle.

Lemieux est aussi bien au courant des idées fausses au sujet des possibilités des blockchains. “Le concept de fiabilité - au moins de la perspective de la science des archives- va bien au delà de ce que la blockchain peut faire, ou même promet de faire, dans la plupart des cas” dit-elle. Cette idée implique que ce qui y est inscrit est juste, “ ce qui n’est typiquement pas le cas de nombreuses solutions blockchains” et exagère leur fiabilité, ce qui est “un problème si vous avez mal écrit des contrats intelligents ou des nouveaux algorithmes de consensus pas testés.” Cela exagère aussi l’affirmation d'authenticité, qui se fie à la robustesse de n’importe quel système d’identité pairé à la blockchain. “Finalement, l’immuabilité implique la permanence, et il n’y a aucune garantie que les enregistrements sur le registre créé et conservée sur la chaîne durera, même avec énorméments de copies, puisque l’obsolescence technologique et le fait que les implications à garder le système en fonction puissent disparaître après un certain temps”, dit-elle.

Etablir une définition claire aidera à gommer un certain nombre de mauvaises compréhensions. “Développer une définition claire de ce qu’est la technologie blockchain nous aidera à répondre à ses carences et à l’améliorer afin de mieux l’utiliser dans les transformations prévues”, dit-elle. “C’est difficile d’avoir une discussion pour faire progresser la technologie ou son utilisation quand nous pensons à des choses différentes quand nous en parlons”. Malheureusement, elle estime que la terminologie standard prendra environ 18 mois à être finalisée.

Traduit librement d'après l'article d'Adrianne Jeffries https://t.co/F0CFHfyMN8

Authors get paid when people like you upvote their post.
If you enjoyed what you read here, create your account today and start earning FREE STEEM!
Sort Order:  

Congratulations @superenart! You received a personal award!

Happy Birthday! - You are on the Steem blockchain for 1 year!

You can view your badges on your Steem Board and compare to others on the Steem Ranking

Do not miss the last post from @steemitboard:

Are you a DrugWars early adopter? Benvenuto in famiglia!
Vote for @Steemitboard as a witness to get one more award and increased upvotes!