Le début des illusions, la fin des rêves. 2/2

in #personal5 years ago (edited)

Créer des liens d'adversités fut plutôt facile, je n'avais quasiment rien à faire si ce n'est répondre aux comportements de mes semblables, des mecs de quartier avec souvent une grande gueule. Je pense pour ma part toujours avoir assumer ma grande gueule et avoir été courageux dans les situations même les plus difficiles, quitte à parfois me retrouver tout seul face à un grand nombre de personnes. J'ai fait beaucoup de choses que je regrette à cette époque et qui m'ont coûté, comme je l'expliquait plutôt, ma scolarité (entre autres). Plus de 21 demandes auprès des lycées de la région, tous m'ont refusés sans exception. Je n'avais plus d'endroit ou aller, et finalement j'ai finir par trouver un lycée professionnel loin de chez moi qui acceptait de m'accueillir dans une branche qui ne m’intéressait pas du tout. Mais pour faire plaisir à ma famille, et surtout à ma mère je suis allé au lycée.

Le lycée étant situé dans une autre ville, je devais me lever à 5h30 du matin, pour ensuite prendre le train et assister à mes cours. Bizarrement j'ai très vite reproduis le même schéma qu'au collège, pourtant cette fois j'était tout seul à décider et je ne le faisais plus par effet de groupe mais simplement parce que ça me plaisait.
Ça me plaisait de venir de la grande ville, la majorité des étudiants de mon lycée et des lycées alentours venaient eux de petits patelins, et j'ai très vite compris que je pouvais en tirer profit en leur vendant moi-même de la drogue. Alors au bout d'une semaine de lycée, je n'étais plus un lycéen mais un vendeur de bedo, je commença très vite à passer mes journées hors du lycée, à la recherche de clients à qui je pourrais vendre du shit.

Je ne rentrerai pas dans les détails des complications liées à la vente de drogue, mais j'en étais rapidement arrivé à un point ou je faisais toute sorte de trafic, et stocker mon butin dans mon casier au lycée. Concernant le bedo, il m'arrivait très souvent de marcher dans la ville ou se trouvait le lycée, et de crier à tue tête : "Qui veut des barrettes?" , "J'ai des barrettes de bon bedo" , "5 barrettes achetés 1 offerte". Et ça marchait! Je vendais assez de bedo pour me payer ma consommation personnelle et profiter de ma vie de non étudiant.

Seulement trois mois après le début des cours, un jour comme un autre pour moi, j'arrive dans la petite ville, je ne sais pas si je comptais aller au lycée ce jour-la. Tout ce dont je me rappelle c'est une troupe de jeune du même lycée venant me voir pour me dire : "He Aytaç ils ont ouvert ton casier". Un choc. J'avais à l'intérieur de l'argent liquide (et même un billet de 500€), un motorola startac tout neuf, un poste radio avec son chargeur cd, un lecteur mini-disc et bien évidement une quantité non négligeable de bedo (50g environ).
J'ai compris instantanément pourquoi j'en étais arrivé la. Un mec me devait de l'argent (l'équivalent de 3 barrettes de shit) et n'ayant pas les moyens de me régler on avait convenu d'un commun accord que je garderais son téléphone. Il était venu quelques jours plus tard mais j'avais refusé de le lui rendre, je trouvais le téléphone sympa, et je n'avais pas besoin d'argent... Je crois que c'est une des seules fois ou j'étais vraiment injuste avec quelqu'un... Du coup il avait décidé d'alerter le lycée et raconter cette petite histoire au CPE.

Etant dans une petite ville, les histoires de drogues étaient rares et pas très visible, mon lycée étant accolé à la gendarmerie, et ayant déjà vu le CPE faire une crise pour une mini boulette de shit trouvé dans la cigarette roulé d'un étudiant je savais qu'il ne me restait pas beaucoup de solution. Ce jour la j'ai fait demi-tour je suis remonté dans le train pour rentrer chez moi, j'ai eu un appel du lycée me demandant de leur soumettre ma lettre de démission, chose que j'ai faite, et c'en était fini de ma scolarité.

A cette époque et n'ayant plus vraiment d'ambition, la musique devenait de plus en plus présente dans ma vie, au point ou je m'étais dis que je ferai carrière en tant que rappeur. Je m'étais éloigné de mes amis d'enfance, qui continuaient à faire des conneries de plus en plus graves, et je commençais à fréquenter de nouvelles personnes, tout en consommant de plus en plus de drogue.
Je m’entraînais dans ma chambre a essayer de rapper dans les temps, un jour, à l'occasion d'un festival j'ai eu la chance de pouvoir monter sur scène et chanter un de mes morceau, le manque de rap à cette époque et ma minuscule popularité aidant j'ai failli créer une émeute lorsque je suis monté sur scène et j'ai eu énormément de bon retours des personnes qui avaient assisté ce soir la à mon show, un show de 3 minutes tout au plus sur l'instrumental de Raekwon "Live From New York". J'avais un texte nul, mais je commençais déjà a comprendre ce qu'était le flow, les mesures... et cela me rassura dans mon choix de vouloir devenir rappeur.

J'ai énormément de bons souvenirs avec la musique, j'ai parcouru toute l'Alsace, une partie de la France, j'ai même fait un concert à Istanbul, et je me disais que si d'autres avaient pu réussir la dedans, je pourrais moi aussi y arriver. Je ne remercierai jamais assez ma mère pour son support à ce moment la. Elle m'en voulait d'avoir arrêter le lycée et de lui avoir créer des tonnes de complications... mais elle me supportait tant bien que mal dans mes espoirs de devenir rappeur.

Au fond de moi je sentais qu'il y avait toujours une limite, un cap que je n'arrivais pas à passer, j'ai eu un groupe, puis un deuxième puis un troisième pour finalement finir solo et rapper dans ma chambre. La ou d'autres rappeurs sans aucun talents ont réussis, moi et mes textes n'avons pas avancé, je suppose que c'est du en partie a ma consommation de joint (ou le manque de talent qui sait) qui certes m'aider à écrire des textes et à créer des sons mais qui par la même occasion me procrastinait dans mes actions. Je ne prenais pas forcément les bonnes décisions et ai fini par me retrouver seul, dégoutté du monde du rap et de la musique. Je n'ai jamais lâché la musique pour autant je suis simplement retourné au stade d'auditeur pour laisser la place à d'autres trucs et surtout commencer une vie professionnelle.

En fait ce n'est pas totalement juste, j'avais déjà commencer à travailler plus tôt, et je ne m'étais pas totalement détacher de la musique non plus, je basculais entre les deux pendant quelques années.
J'ai beaucoup travailler dans des kebabs, j'ai quasiment fait tout ceux de la ville et il m'arrivait très souvent de lâcher au bout de quelques mois pour retourner à la musique. Avec le recul, je suis conscient de ce qui me faisait lâcher, c'était le shit. Je pouvais me réveillé en forme pour aller au travail, et lors de la moindre pause, j'en profitais pour fumé un bedo.
Le retour au travail était difficile à ce moment la, à chaque fois que je fumais et allait travailler, je devenais bizarre, je commençais à me faire des illusions, je me revoyais devenir rappeur, je me faisais plein de films dans ma tête, je me disais mais tu fais quoi dans un kebab à travailler 15h par jour pour des clopinettes, au point qu'il m'est arrivé plusieurs fois de planter mes patron et de donner ma démission pour rentrer chez moi et passer du temps sur mon AKAI S2000.

Je rentrais chez moi, continuer à fumer, faire du son, écrire des textes et forcément revenait un moment ou j'étais obligé de retourner bosser pour gagner de l'argent. Cela à durer plusieurs années, jusqu'en 2007.

En 2007 j'ai trouvé un travail en CDI en tant qu'intégrateur .NET. Pour faire court, je devais designer une application lourde en XAML/C#. Je n'avais aucune connaissance en programmation, j'avais eu ce job simplement parce que j'avais fait du bénévolat et remis à jour des pcs en direction des pays du tiers monde par le biais d'une association, c'est le président de cette association qui m'avait conseillé à cette entreprise spécialisé en ingénierie robotique en leur disant que j'étais quelqu'un de talentueux et correct. J'ai passé 3 mois, nuits et jours, à essayer de comprendre quelque chose à WPF, à .NET, au XAML, à C#. Ce fut dur, je ne savais ni lire ni parlé anglais.
Au bout de quelques mois je comprenais petit à petit ce que je pouvais faire et surtout comment le faire. Je n'arrivais pas du tout à coder, ça semblait tellement compliqué d'écrire du code en C#. Mais je comprenais comment la technologie fonctionnait et en utilisant visual studio blend, un outil pour faire du design en XAML, j'ai réussi à faire ce qu'on attendait de moi. En 1 an je n'ai donc jamais fait de code à proprement dit, les seuls fois ou j'écrivais du code c# c'était en créant des events dans visual studio blend. Les développeurs faisaient le reste. Cette expérience m'a beaucoup apporté et aussi frustré, je me donnais à fond, et faisait avancer le projet plus que certains de mes collègues, mais n'ayant pas de diplôme je touchais un smic alors que les autres avait parfois le double ou le triple de ma paye. J'ai compris à ce moment la l'erreur monumentale que j'avais faite... Evidemment je continuais toujours à fumer, je pouvais même fumer au bureau, en sortant au balcon, et après avoir fumé je m'isolais dans mon monde et faisait avancer le projet à grand pas, mais me disait également que je n'avais rien à faire la. Je fini par me dire que je n'étais pas informaticien ou développeur et quand l'entreprise licencia tout le personnel pour raison économique, je m'étais dit que je ferais mieux de retourner travailler dans les kebabs.

Jusqu'en 2010 j'ai retravaillé dans les kebabs, j'étais revenu en arrière, j'ai longtemps travailler 7 jours sur 7 plus de 15h par jour, avec toujours le même problème de drogue, et les mêmes illusions de devenir rappeur. Depuis 2007 il m'arrivait souvent de réparer ou dépanner les ordinateurs des autres. Des fois ça payait, des fois ça payait pas mais ça me divertissait et je prenais du plaisir à le faire. Si bien qu'en 2010 et ayant élargis mes compétences de technicien informatique, ou plutôt de dépanneur de pc j'ai décidé de créer ma propre entreprise et travailler à mon compte. J'ai pris un crédit de 7000€ (une grosse somme pour moi) et j'ai fait l'erreur de dépenser encore et toujours une partie de cette somme dans la drogue. Ça n'a pas durer très longtemps, et comme je fumais beaucoup, je passais plus de temps chez moi à jouer à des jeux qu'à essayer de développer mon activité.

C'est d'ailleurs un jeu, qui m'a redonner l'envie de coder, un jeu similaire à DrugWars que j'ai ruiné avec la création d'un bot, et qui par la suite à entraîner le déclin du jeu et la fermeture de ce dernier. Je n'étais cependant ni assez formé ni assez expérimenté pour prétendre à devenir développeur un jour. Mon application consistait plus en une interface qu'autre chose, et de fil en aiguille j'ai développer d'autres applications dont un bot de poker sur le site poker everest qui me permettait de jouer sur 7 tables de poker sans même être présent. Je n'ai pas gagné énormément d'argent mais j'ai compris qu'en passant du temps et en utilisant les outils existants, je pouvais faire des applications moi-même.

Vers 2014 je me suis lancé dans le web avec Joomla, je ne comprenais rien à PHP ou à Javascript. Mais j'en avais pas besoin, l'essentiel de mon travail consistait à améliorer des sites, en retouchant le code HTML des plugins et des composants. S'en suivi des expériences sur Wordpress et d'autres outils simples qui ne nécessitait aucunes connaissances en programmation.

En 2016, je m'étais dit que je ferais mieux de me replonger dans le développement et que si j'avais réussi à me retrouver dans une équipe de dev une fois, je pourrais le faire une seconde fois. Alors j'ai pris mon courage à deux mains et j'ai postulé partout ou je voyais le terme XAML apparaître. J'étais pas assidu, je me motivais quelques jours, et la drogue me faisait rapidement oublié ma situation pour me retrouver sur le jeu league of legend ou j'ai fini par être diamant 2. J'étais bien sur loin des pros et je ne pouvais pas imaginer faire carrière dans le jeu vidéo.

Au cours de la même année j'ai eu plusieurs appels pour des missions en tant que freelance, toutes contenaient un peu de XAML mais la plupart requéraient des connaissances en C# , SQL, .NET... Ce dont je n'étais pas capable. Jusqu'au jour ou on m'a contacté pour une mission. On m'a dit que le client avait besoin de quelqu'un à l'aise avec XAML. J'ai été le plus honnête possible avec le commercial, il m'a dit pas de problème je vais te mettre en relation avec le lead développeur et tu n'as qu'a en parler avec lui. Lors de mon entretien le développeur avec qui j'étais en contact m'a rassuré et m'as dit que je n'aurais quasiment rien d'autre à faire que du XAML. C'était top! J'ai donc rejoins l'équipe et ai fait de mon mieux, si bien que le PDG de cette grande entreprise est venu nous féliciter en personne, au vu du travail que nous fournissions tous ensemble (le visuel avait forcément beaucoup d'impact, bien plus que le code en lui même). J'ai eu à cette occasion la chance de travailler avec deux développeurs très talentueux, qui m'ont donné des indices pour que je puisse programmer en C#. Je passais mes journées à faire du XAML chez le client, dès mon retour à la maison je passait le reste du temps à essayer d'apprendre C# pour développer un jeu, un jeu solo nommé "Drugwars".

A la fin de cette expérience j'ai été appelé par Microsoft pour bosser sur l'application groove musique, j'ai fait du consulting plus qu'autre chose, sur la façon de gérer les éléments visuels d'une application en XAML. J'aurai pu intégrer leur équipe mais le commercial m'avait menti, et même si chez Microsoft on était prêt à me former à C++, je ne me voyais pas devenir un développeur, je suis quelqu'un de créatif qui prend son plaisir dans le design, l'ui, l'ux et donc le front end.

C'est a peu près à ce même moment que j'ai fait la découverte de Steem grâce a Tcho et que j'ai rencontré Adrien. Je continuais toujours à fumer, depuis mes 13 ans je ne faisais plus aucuns rêves (une des particularité du cannabis) mais j'avais toujours beaucoup d'illusion, et je sentais que le projet dtube était une révolution. J'avais intégrer l'équipe en tant que designer, fort de mes expériences précédentes je n'ai pas trop eu de mal à m'adapter, et grâce a Adrien j'ai commencé à toucher le JS. Si bien que je commençais à être autant à l'aise avec le javascript que le C#.

Par la force des choses, et malgré toutes mes illusions, j'ai quitté l'équipe et ai décidé d'utiliser la même stack technologique pour créer Fundition et aider les personnes avec un projet, comme Tcho le fit avec moi, ce fut difficile au début, je n'avais plus l'expertise d'Adrien et n'ayant aucun moyen d'y parvenir, j'ai demandé de l'aide a Tcho, qui sans hésiter m'a payer plusieurs mois de salaires pour que je puisse développer l'application. La suite est connu de tous, j'ai rencontré des personnes formidables et ai constitué une équipe que j'apprécie, non pas basé sur les compétences mais sur le cœur de chacun. C'est pourquoi Fundition est et reste un des meilleurs projets crypto à mes yeux, puisqu'il non seulement totalement décentralisée grace à steem mais qu'il permet aux porteurs de projets de toutes sortes de tout horizons de réaliser leur rêves, en plus de me donner l'occasion de m'épanouir auprès de gens que j'apprécie.

En parlant de rêves, et comme je le disais plus tôt, je n'en faisais plus du tout. Il y a encore une semaine de cela je ne savais pas quand j'avais rêver pour la dernière fois... A côté de ça je continuais à me faire beaucoup d'illusion, aussi bien avec Steem qu'avec mon entourage et ma vie en générale. J'ai fumé plus de drogue ces dernières années que le restant de ma vie. Parfois il m'arrivait de fumer 25g en 10 jours, au point de ne pas pouvoir économiser d'argent ou bien m'offrir certaines choses dont j'avais envie. Cela à continué, et quand je me suis décidé à faire le jeu DrugWars, sans en parler à personne au début, je me sentais dans mon élément, tout autant qu'avec Fundition, ça parait bizarre mais c'est mon ressenti. J'ai donc fait de mon mieux pour avoir un petit jeu rapidement, sans penser ne serait ce une seconde au succès que ça aurait pu avoir. J'ai simplement fait, en fumant beaucoup, et ce fut une énième illusion. Je pensais la communauté Steem derrière moi, je n'ai jamais pensé que DrugWars feraient beaucoup d'argent, et le système de distribution de récompenses que j'avais mis en place n'était pas la pour voler les gens mais simplement leur redonner le maximum possible tout en me permettant de continuer à vivre. J'ai été déçu, bien plus qu'a d'autres moments de ma vie. J'ai passé beaucoup de temps à me questionner et à requestionner ce que j'avais fait... Pourquoi je me faisais des illusions et me retrouvait déçu? Pourquoi lorsque je me couchais, mort de fatigue après 18h de coding intensif, je ne faisais pas de rêve et n'éprouvait aucune satisfaction... Je crois aujourd'hui avoir trouvé une partie de la solution et du problème dans la drogue.

Sort:  

Wow, elle est touchante ton histoire, c'est cool d'en savoir plus sur toi ! Courage pour la suite :)

Merci copain :)

Hi, @hightouch!

You just got a 0.22% upvote from SteemPlus!
To get higher upvotes, earn more SteemPlus Points (SPP). On your Steemit wallet, check your SPP balance and click on "How to earn SPP?" to find out all the ways to earn.
If you're not using SteemPlus yet, please check our last posts in here to see the many ways in which SteemPlus can improve your Steem experience on Steemit and Busy.

@hightouch You have received a 100% upvote from @botreporter because this post did not use any bidbots and you have not used bidbots in the last 30 days!

Upvoting this comment will help keep this service running.

Coin Marketplace

STEEM 0.18
TRX 0.14
JST 0.030
BTC 59367.33
ETH 3172.01
USDT 1.00
SBD 2.43