[Traduction] Droits de propriété et revenu de base - Une solution viable est possible

in #fr2 years ago (edited)

Bonjour tout le monde ! J'ai traduit pour vous cette fois-ci (encore) un article de @dantheman (@dan), l'esprit technologique derrière les blockchains Bitshares, Steem et EOS. Cet article concerne cette fois-ci le revenu de base universel ! Cela fait beaucoup de lien je trouve avec mes précédentes traduction Comment créer une constitution de blockchain significative et Steem Basic Income – Une cascade de pérennité.

Traduction de la suite, du même auteur : Cryptomonnaie à prix hypothétique stable avec revenue de base. ===> Article original en anglais


Droits de propriété et revenu de base - Une solution viable est possible

Le revenu de base est perçu par beaucoup comme une utopie socialiste fondamentalement erronée en raison des incitations économiques qui encouragent la consommation sans production. Que faire si le revenu de base pourrait être compatible avec le comportement égoïste de la recherche du profit des individus libres. Et si le revenu de base pouvait être mis en œuvre sans imposition et sans inflation des prix? Que se passerait-il si le revenu de base devait être une condition préalable nécessaire pour garantir la vie, la liberté et la propriété dans une société industrielle de plus en plus automatisée? Voici les questions que je vais aborder dans cet article.

Droits de propriété

Les droits de propriété sont la pierre angulaire d'une société pacifique. En l'absence de droits de propriété, il n' y a pas de base pour résoudre les différends, à part la violence. En outre, sans droits de propriété, il n' y a pas d'incitation à générer un profit. La tragédie des biens communs est l'aboutissement logique suite à chaque fois que la société tente d'ignorer la nécessité des droits de propriété. Si nous voulons envisager un concept de revenu de base, il doit être pleinement compatible avec le concept de droits de propriété.

Les moyens de production

Les moyens de production comprennent les ressources naturelles et les outils (usines) qui transforment les ressources en produits dont nous avons tous besoin. Si vous n'êtes pas propriétaire des ressources ou des usines, vous n'êtes pas propriétaire des moyens de production. Nous possédons tous notre travail, nos compétences et nos connaissances en tant que moyens de production inaliénables.

Toute la société en profite lorsque la technologie nous permet de produire plus avec moins. Le profit est le résultat de la conversion des ressources naturelles (et des produits de moindre qualité) en produits de plus grande valeur. Le bénéfice se traduit par une augmentation des ressources détenues par le producteur.

La concurrence sur le marché libre choisit naturellement les activités les plus rentables et celles qui ne le sont pas finissent par posséder de moins en moins de ressources. Le processus de sélection naturelle est ce qui oriente les ressources rares de la société vers leur utilisation maximale et minimise l'utilisation des ressources, ce qui abaisse notre niveau de vie global.

La valeur du travail

Le travail humain a de la valeur en raison de sa capacité à générer un profit en convertissant des ressources de moindre valeur en ressources de plus grande valeur. Ce ne sont pas tout les travaux qui ont la même valeur parce que tous les individus ne sont pas également qualifiés ou doués de la même capacité.

L'automatisation augmente l'offre virtuelle de main d'œuvre et réduit donc la valeur marchande de la main d'œuvre non qualifiée. Éventuellement, ce processus finit par faire en sorte que la main-d'œuvre non qualifiée soit évaluée en dessous du coût de la vie.

Valeur marchande de la Vie

La solution du marché libre (c'est-à-dire non violente et volontaire) est que la main-d'œuvre non qualifiée doit compter sur les dons de ceux qui accordent plus d'importance à la vie d'un autre individu qu'à une augmentation progressive de sa propre richesse. En l'absence de dons volontaires, une personne incapable de produire plus de valeur qu'elle n'en consomme sera affamée (ou vivra dans l'extrême pauvreté).

Un individu affamé aura recours à la violence et ne se souciera pas de la position philosophique selon laquelle il devrait mourir. Un libertaire finirait par tuer l'individu affamé en invoquant la légitime défense. Tout d'un coup, la philosophie est en contradiction directe avec l'impératif biologique de survivre à tout prix.

D'un point de vue purement darwinien, laisser ces individus mourir de faim ferait probablement avancer l'espèce et augmenterait considérablement le niveau de vie de ceux qui restent. Du point de vue de la conscience humaine, regarder quelqu'un mourir de faim est très douloureux. C'est le conflit entre notre égoïsme et notre empathie naturelle qui est à l'origine du socialisme / débat de libre marché.

C'est la douleur de voir les autres souffrir qui motive les dons du marché libre à aider les pauvres. Cependant, si ceux qui souffrent sont aveugles et inconscients, alors la douleur est endormie. Cela signifie en fin de compte qu'une société capitaliste, volontaire et de marché libre permettra nécessairement aux individus improductifs de mourir, probablement violemment alors qu'ils luttent pour leur survie.

Vivre sans produire

La question en jeu est de savoir si une personne a ou non le droit de consommer des ressources sans produire une quantité égale ou supérieure de ressources. Pourquoi quelqu'un produirait-il quoi que ce soit s'il avait toute la nourriture, le logement et les vêtements dont il a besoin pour vivre? Pourquoi devrait-on exiger de quelqu'un qu'il soutienne un autre avec le fruit de son propre travail?

Il existe une menace très réelle pour l'ensemble de la société si le niveau total de consommation dépasse le niveau de production et empêche les investissements nécessaires dans la production future. En effet, le niveau de libre-alimentation qu'une économie peut tolérer est fondamentalement limité par le montant de la production excédentaire. Dans une économie à la baisse (en raison de la famine, de la guerre, de l'épuisement des ressources, de la surconsommation, etc.), ceux qui ne peuvent pas produire doivent être coupés même si cela signifie la mort; sinon, plus de gens mourront à l'avenir à cause du déclin des moyens de production.

La conscience morale du capitalisme de libre-marché est répugnée par l'idée d'asservir partiellement un individu pour soutenir la vie d'un autre individu. Personne n'aime les colocataires qui font le bordel, mangent votre nourriture et regardent la télévision toute la journée sans lever le petit doigt pour aider à la maison ou payer quoi que ce soit. Peu importe qu'ils soient capables d'aider ou non, ils sont un fardeau et abaissent votre propre niveau de vie.

Les locataires

Et si votre colocataire disposait d'un robot capable de faire le ménage, la cuisine et de générer un revenu suffisant pour payer le loyer? Ce colocataire serait tout aussi négligent, paresseux et improductif qu'avant avec une petite différence: il a la propriété productive. La possession de biens productifs donne à cet individu le droit de "ne rien produire lui-même".

La théorie économique dicterait que le prix que les gens seraient prêts à payer pour un tel robot serait égal à la valeur actualisée nette de la richesse future produite par ce robot. Par conséquent, le fait que votre colocataire est propriétaire du robot prouve qu'il a déjà produit de la richesse et qu'il vit maintenant de ses économies. Ce n'est pas différent que de gagner des intérêts sur l'argent et d'utiliser cet argent pour embaucher une femme de chambre, cuisiner et payer le loyer...

Imaginez maintenant une situation où le coût du robot est tellement haut que seuls quelques-uns peuvent se le permettre. Une fois qu'ils achètent le robot, la vitesse à laquelle leur richesse augmente s'accélère par rapport à tous ceux qui n'ont pas pu acheter un robot. Éventuellement, ils accumuleront suffisamment de richesse pour acheter un robot encore plus grand que beaucoup moins de gens pourraient se le payer.

Les économies d'échelle font en sorte que les grandes concentrations de richesse sont beaucoup plus productives et rentables que le capital largement réparti. Vous pouvez obtenir beaucoup plus en payant un ingénieur logiciel 100K $ par an, qu’en payant 100 mille ingénieurs 1$ par an. C'est le pouvoir de la concentration du capital.

Le résultat logique de ce processus est une concentration du capital entre les mains de quelques-uns. Avec la concentration du capital, se concentre les moyens de production. Les masses vont mourir de faim en raison de leur incapacité à produire de la valeur de façon compétitive.

Posséder les moyens de production

Le principe fondamental sur lequel le revenu de base peut être dérivé consiste à s'assurer que chacun possède une part inaliénable des moyens de production. Si chacun possédait un robot capable de produire ce dont il a besoin, il n' y aurait pas de conflit entre le revenu de base et les marchés libres.

Le défi est de savoir comment donner un robot à tout le monde? Que faisons-nous quand quelqu'un né?

Supposons que chaque robot soit capable de se reproduire à un rythme similaire à celui de la reproduction humaine. Sur cette base, chaque individu aurait la capacité de donner un robot à ses enfants. Alternativement, supposons un monde avec une population stable. Chaque fois qu'une personne meurt, elle donne son robot à quelqu'un qui né.

Aller au-delà des robots auto-réplicateurs magiques

L'ensemble du marché libre peut être considéré comme l'interaction collective des personnes et des "robots économiques de différents types". Nous n'avons pas besoin que tout le monde ait son propre "robot personnel", si tout le monde peut avoir une part dans une usine ou des ressources mondiales. Si chacun possédait une part des moyens de production, alors un revenu de base serait le résultat naturel.

Les capitaux pourraient être fortement concentrés, mais la propriété et donc, la part des produits productifs, seraient fortement distribuées.

Tragédie de la propriété privée

Si nous devions donner aujourd'hui à tous une part égale des moyens de production aujourd'hui, demain la moitié de la population aurait vendu sa part pour augmenter sa consommation du jours au-delà de ce que sa part pourrait produire ce jour-là. Ces gens seraient pauvres et chercheraient alors une autre charité.

Les capitalistes parmi nous disaient : "Laisse-les mourir, ils ont vendu leur vie pour des prostitués et de la coke". Les socialistes au cœur sanglant parmi nous diraient:"Nous ne pouvons pas les laisser mourir de leur propre stupidité! Donnez-leur une autre part des moyens de production!"

Si les capitalistes gagnent, ceux qui consomment leurs semences de maïs mourront tandis que ceux qui restent s'enrichissent. Si les socialistes gagnent, toute la société s'appauvrit à mesure que les moyens de production sont consommés. Dans les deux cas, un grand pourcentage de la population meurt et vit dans la pauvreté.

Droits de propriété inaliénables

Que se passerait-il si chacun possédait une part des moyens de production, mais qu'il n'était pas en mesure de vendre cette part? Cela constituerait une extension de leur propriété de leur propre travail, de leurs compétences et de leurs connaissances. Ce serait comme si tout le monde gagnait de l'argent à la banque, mais qu'il était incapable de dépenser le principe.

Selon ce modèle, chaque individu aurait un revenu égal à la productivité de son "robot virtuel", c'est-à-dire sa part dans l'économie. Chaque année le robot devient plus efficace et productif, le revenu augmente. Dans les années où le robot est moins productif, le revenu devrait nécessairement diminuer.

Pour que le robot puisse croître (et devenir plus efficace), il faudrait réinvestir une partie de sa production productive dans la croissance du robot. La croissance maximale se produirait s'il y avait un réinvestissement à 100 %, mais cela signifierait que tout le monde serait affamé. Nous avons besoin de consommer des ressources pour vivre!

Si chaque individu était libre de choisir d'investir dans le robot ou de consommer pour aujourd'hui, la propriété du robot deviendrait avec le temps concentrée dans les mains des épargnants. Ce n'est pas nécessairement un problème, cependant, parce que la plus petite tranche de tarte d'un consommateur serait encore plus grande que la tranche égale précédente d'une tarte plus petite. Par exemple, les pauvres d'aujourd'hui vivent mieux que les rois d'il y a 300 ans.

Mise en œuvre du revenu de base par la politique monétaire

L'argent est effectivement une part des moyens de production. Si l'économie était une entreprise, l'argent serait son stock. Chaque individu à la naissance recevrait une dotation inaliénable égale à la masse monétaire divisée par la population. Cet argent serait placé dans un compte d'épargne sur lequel seuls les intérêts peuvent être retirés. Au décès, le principe du compte d'épargne serait détruit. Cela créerait un taux d'inflation/déflation monétaire naturel égal à l'évolution de la population.

Chaque mois, l'argent détenu dans les comptes d'épargne rapporterait des intérêts payés en imprimant de l'argent à un taux qui maintient la stabilité des prix d'un panier de produits de première nécessité défini par les habitudes de consommation de l'individu moyen. Si le coût de ce panier de consommation augmente, le taux d'intérêt baissera (réduction du revenu de base, ce qui réduira la demande et abaissera les prix). Si le coût du panier baisse, les taux d'intérêt augmenteront (augmentation du revenu et donc de la demande et des prix).

Au fur et à mesure que l'économie croît, la capacité de chacun à consommer devient proportionnelle à sa propriété des moyens de production. Si une sécheresse entraîne un déclin de la production alimentaire, alors tout le monde recevra moins d'intérêt en raison de la baisse de la production.

N'importe qui peut "épargner en vue de la retraite" en investissant dans les moyens de production. Ce placement rapportera des intérêts au taux en vigueur et le principe ne pourra être retiré. Au décès de la personne, l'épargne excédentaire serait transmise à ses enfants.

Conséquences économiques

Le premier et le plus important résultat économique de cette politique est qu'en raison de l'absence d'inflation des prix imposée par la politique monétaire, la monnaie pourrait devenir une unité de compte fiable au fil du temps. Toute tentative d'appliquer le revenu de base avec une monnaie inflationniste entraînerait une fuite des capitaux vers des actifs qui s'apprécient (or, argent et autres monnaies moins inflationnistes).

Un deuxième résultat est que le taux de rendement obtenu en gardant de l'argent en épargne serait égal à la productivité moyenne de l'ensemble du marché libre. Dans un monde avec une masse monétaire fixe, ce taux de rendement se montrerait en déflation (augmentation du pouvoir d'achat de la monnaie). Cela signifie que les conséquences économiques de la politique monétaire devraient suivre de près celles d'une économie dont l'offre de monnaie est fixe.

Dette

L'un des plus grands défis du revenu de base est que les individus peuvent effectivement vendre leur part des moyens de production en empruntant de l'argent aujourd'hui et en utilisant leur revenu de base pour payer les intérêts de la dette. Si cela devait se produirait, la moitié de la société finirait par s'endetter et n'aurait plus d'argent pour se nourrir, se loger et se vêtir après avoir payé les intérêts de sa dette.

Une société fondée sur ces règles devrait exclure le revenu de base du recouvrement des créances. Un créancier ne pourrait pas s'en prendre à cet argent sous aucune condition.

La racine du problème

Le problème fondamental auquel la société est confrontée est que beaucoup d'individus vivront au-delà de leurs moyens, même si elle finit par les tuer. Enlevant toutes les abstractions complexes, un agriculteur sur une île isolée mourra s'il mange tout ses semences de maïs plutôt que d'épargner pour l'année suivante. La société est remplie de ce genre d'agriculteurs suicidaires.

Toute mise en œuvre du revenu de base doit protéger contre les sociétés consommatrices de semences de maïs. Le capitalisme le fait naturellement en laissant mourir ceux qui sont si négligents. Le socialisme est soit corrompu par les administrateurs centralisés, soit en permettant à un nombre toujours croissant d'agriculteurs suicidaires de voter pour augmenter les performances d'aujourd'hui.

Le revenu de base est possible

Il est tout à fait possible d'amorcer une mise en œuvre du libre marché du revenu de base qui est décentralisé et protège activement contre la consommation des semences de maïs. Pour que cela fonctionne, une communauté de personnes doit adopter une monnaie dotée d'une politique monétaire qui reconnaisse que tous les individus détiennent une part inaliénable des moyens de production. Si suffisamment de gens adoptent une telle monnaie, alors la société pourrait fonctionner avec une distribution incorruptible des moyens de production.

Les résultats réels peuvent être inférieurs aux résultats souhaités

Ceux qui soutiennent l'idée d'un revenu de base partent d'une idée préconçue de ce que chacun "mérite" et tentent ensuite de redistribuer les ressources pour atteindre cet effet. Dans le cadre du système que je propose, je propose de définir ce que chacun "mérite" en termes de pourcentage et d'attribuer la capacité de production plutôt que les produits fabriqués.

Imaginez qu'on attribue les cannes à pêche plutôt que le poisson. Nous ne pouvons peut-être pas garantir à tout le monde un certain nombre de poissons, mais nous pouvons leur garantir une part de tous les poissons pêchés. Nous devons simplement nous assurer que les gens ne vendent pas leur participation en la canne à pêche!

Conclusion

L'échec de la mise en œuvre d'une politique économique saine se traduira par une augmentation de la pauvreté et de la mortalité, car la valeur du travail humain non qualifié devient inférieure au coût de la vie. La mise en œuvre d'une aide sociale excessivement généreuse peut faire baisser l'ensemble de l'économie et entraînera encore plus de morts et de destructions. Seule une approche fondée sur des principes qui soit compatible avec les droits de propriété et protège les individus contre leur propre surconsommation pourra produire une société pacifique et durable.

Mise à jour: J'ai esquissé un protocole hypothétique de cryptomonnaie basé sur ces idées dans un nouveau post. ===> Article original en anglais

Sort:  

Mr Simon Thorpe (CNRS) nous a fait l'honneur d'accepter notre invitation pour le meeting au sujet du revenu de base. Je vous met le lien de la vidéo, car je pense que vous pourriez être intéressé de voir ce que nous faisons ici en Belgique :)
https://steemit.com/politique/@itharagaian/simon-thorpe-financementallocation-universelle

Merci beaucoup, c'est très intéressant ! Ça fait plaisir de voir qu'il y a des regroupements comme cela qui s'organisent partout ! :)

En ce moment j'en suis beaucoup à étudier le concept de revenue de base, la technologie Blockchain et l'économie des jetons numérique (en laquelle je fonde beaucoup d'espoir) pour voir comment on peut rendre tout cela applicable. Le moment venue, j'irais voir les différends groupes du Québec et du Canada qui militent pour le revenue de base universel et je leur soumettrais mes idées/recherches.

Si cela vous intéresse, voici la traduction de suite de l'article que @dan à écrite !

Pour le revenu de base, je ne pense pas que le blockchain soit la solution, mais plutôt la TTF de Thorpe :-)

Thanks for translating this into French!

je me suis posé la question en regardant des films où les robots remplace l'humain.
l'idee de taxe pour assurer le financement n'est pas viable, car inexorablement le niveau du besoin sera égal aux niveau de la production de richesse...

Article trés intéréssanr à relire, a bientôt