Bibliothèques de rue - Faut-il s'inquièter

in fr •  3 months ago

En l'espace de quelques semaines, @nickskywalker, @embark55, @ancolie, @grandpere & @peeknpoke ont rapporté avoir vu des bibliothèques de rue. D’autres témoignages sont venus s’ajouter à la liste; les gens disent en avoir vu un peu partout à Montréal. @crunchymomqc dit avoir constaté le même phénomène à Trois-Rivières.

00-biblio-1.jpeg
Source

00-bibli-2.png
Source

00-biblio-3.JPG

Source

00-biblio-4.jpeg
Source

00-biblio-5.JPG
Source

Le phénomène prend de l’ampleur et fait même les manchettes dans les journaux.

divers-1 004.JPG

Image credits: Journal "Le Flambeau", Steve Caron, journaliste

À ce rythme, le phénomène pourrait devenir, dans un proche avenir, incontrôlable et remettre en question notre industrie culturelle.

Avant qu’il ne soit trop tard, nous menons l’enquête.

Une expansion aussi rapide requiert un déploiement de ressources matérielles et financières considérables. C’est sûrement un indice ! C’est pourquoi nous avons tout de suite suspecté Amazon, après tout ils ont débuté dans la distribution de livres et de CD/DVD.

Amazon

00-amazon.jpg
Image Credits: Pinterest

Heureusement nous avons une ressource qui s’était secrètement introduite dans l’organisation il y a quelques années et qui occupe maintenant un poste clé. Chez Amazon, on ne sait pas d’où la menace peut provenir. Les conseils d’administration se multiplient et les discussions sont fort animées. On se demande pourquoi personne n'a rien vu venir; certains cadres supérieurs se voient même montrer la porte. Toute la stratégie marketing est à revoir. Qui ose s’attaquer au no. 1 mondial de la distribution ? Dans les corridors, un nom circule de plus en plus; la menace ne peut venir que d’un autre géant de la distribution : Alibaba.

Alibaba

00-alibaba.png
Image Credits: Pinterest

Le plus grand compétiteur d’Amazon est Alibaba; curieusement l’entreprise a sa place d’affaires dans une caverne. Toute de suite, nous avons compris que pénétrer dans les lieux et infiltrer l’organisation ne serait pas chose facile. La caverne est gardée par quarante portiers, c’est ainsi qu’ils se font appeler. Muni de mon portefeuille de cryptomonnaies, je n'ai pas eu de mal à soudoyer un des portiers. Pour quelques Steem Dollars, l'individu se montra fort coopératif. Mes questions ont semblé le surprendre; chez Alibaba, le phénomène leur était totalement inconnu. Je n’avais aucune raison de douter de sa parole étant donné qu’il ne m’avait pas menti sur sa véritable identité. Je revenais donc bredouille.

Retour à la case départ

Pour ma part j’ai toujours privilégié le travail de base sur le terrain. Nous avons donc décidé d’user de finesse et de travailler de façon méthodique sur le terrain. Nous avons posté deux enquêteurs chevronnés à un endroit stratégique non desservi encore par une bibliothèque de rue. Notre perspicacité fut payante; après 3 nuits de surveillance, on vit apparaître une personne portant un grand manteau sombre avec cagoule. La personne marchait d'un pas très lent et tirait une petite charrette; elle s’arrêta près d’un banc public en bordure du trottoir.

00-dame-2.jpg
Image credits: Pixabay

D'après la démarche, il était évident que c'était une vieille dame. Elle souleva une grosse boîte qui était sur la charrette et la déposa près du banc. Elle ouvrit ensuite la boîte, en vérifia le contenu puis repartit. Que contenait la boîte ? Était-ce un engin explosif ? Un nouveau-né abandonné ? ou autre chose ? Aussitôt qu’elle s’éloigna, nos inspecteurs s'avancèrent prudemment et vérifièrent avec grande précaution la boîte et son contenu.

C’était bel et bien une bibliothèque de rue.

Nous avions une coupable, mais elle avait sûrement des complices. N’écoutant que leur courage, les deux inspecteurs prirent la vieille dame en filature. Elle marchait maintenant d’un pas plus rapide; elle utilisait raccourcis, ruelles et corridors dans le but évident de semer nos enquêteurs. À un certain moment, la vieille dame se faufila derrière un talus, y cacha sa charrette puis entra au 666 de la rue Voltaire; c'était sûrement un bon indice.

Les enquêteurs décidèrent de rester sur place et de surveiller tout mouvement inhabituel autour de la maison suspecte. Aux petites heures du matin, un voisin sortit de chez-lui avec son chien. Nos fins limiers l'abordèrent mais l'individu se montra très réticent à parler; ils savaient comment faire parler des témoins récalcitrants. Ils avaient en permanence dans leur voiture, deux instruments qui délient les langues: une bouteille de whisky et un paquet de cigarettes.

Le voisin devint soudainement très volubile; il raconta que la vieille avait perdu son mari il y a quelques mois, qu'elle avait enseigné toute sa vie, qu'elle aimait la lecture et qu'elle possédait beaucoup de livres. Il avait remarqué que la dame, qui était d'ordinaire une ramasseuse compulsive, avait commencé à se départir de ses choses; elle voulait, disait-elle, léguer son patrimoine littéraire aux personnes qui aimaient lire.

Mais pourquoi se départir de ses biens ?

Qu’est-ce qui poussait cette vieille dame à se départir de ses biens et semer son patrimoine à quatre vents ? Craignait-elle d’être volée ? Était-elle dépressive ? Était-elle victime de menaces ou de chantage ?

Cela mérite qu’on enquête.


00-A-Signature.png

Authors get paid when people like you upvote their post.
If you enjoyed what you read here, create your account today and start earning FREE STEEM!
Sort Order:  

Awesome information. Good article. Congratulations on the effort.

·

C'est vraiment intriguant ! Heureusement qu'il y a un Sherlock Holmes sur le dossier.Bien hâte de savoir la suite.
Je vais aller me coucher souriante. Bonne nuit :)

·

Si j'ai pu te faire sourire, tant mieux ! Merci pour le support à Sherlock Holmes .

J'aimerais bien en avoir chez moi ; en plus j'ai une série de livres dont je souhaite me départir.

Il ne me manque que la boite ; ou de trouver un endroit où je puisse les laisser à l'abri. :)

·

J'espère que tu vas trouver une solution; il y a toujours quelqu'un qui s'intéresse à "nos" bouquins.

En France il y a plusieurs centaines de bibliothèque de rue. Il y en a pas mal dans les quartiers entièrement piétons ou eco-citoyens. La culture et la littérature se partage gratuitement. Tant que la boite aux lettres ne dérange pas sur la voie publique, je ne vois pas de mal à cela.

·

Il y a présentement une mode pour les bibliothèques de rue. J'aime bien voir les différents modèles; certaines de ces bibliothèques ont demandé beaucoup de travail et d'ingéniosité. J'aime bien aussi en vérifier le contenu, voir les livres que les gens déposent; c'est presque du voyeurisme. Merci pour ton commentaire.

Oh mon dieu.... enfin un début de piste ! Nous avons tout plein de bibliothèques de rue ici à Annecy (France) ....c'est vraiment inquiètant....

Ahah j'ai adoré ton article et la façon de le mettre en scène !

·