Les bulles

in fr •  9 days ago

AWX7HVJ7RO.jpg
source
J’ai récemment lu un article sur le site internetactu.net qui parlait du risque de tomber dans un âge sombre d’ignorance à cause de la technologie. Franchement, l’article est vraiment complet, très long à lire et comme c’est habituel sur le site internet actu, il est aussi très compliqué.

Je ne me lancerais pas dans le résumé de cet article, la paraphrase ne m’intéresse guère, si vous voulez allez voir n’hésitez pas. lien

J’aimerais plutôt revenir sur l’illusion de la vérité que nous fait entretenir internet avec le monde. Je vous parlerai plus particulièrement de la notion de bulle d’information.

Ma première expérience d’internet date des années 2000. À l’époque, je n’étais pas encore équipé d’un ordinateur à moi et j’utilisais ceux de la salle informatique de ma fac.

À l’époque, nous traînions sur des tchats pour passer le temps entre deux cours. J’y ai appris ma première grande leçon sur le net : tout ce que j’y voyais été bidon, l’âge, le sexe et les localisations des personnes avec lesquelles je parlais, tout ceci était sujet à mensonge. D’ailleurs, je n’étais pas le dernier à piéger mes amis en me faisant passer pour autre chose.
Les théories du complot ont toujours existé sur la toile, mais à l’époque je n’y prêtais pas beaucoup d’attention.
Il y a eu les chaînes de mail qui promettait toujours qu’Hotmail ou Yahoo deviendrait payant. Qui aurait pu savoir à l’époque que la marchandise c’était nous ?

Il y a eu MySpace, copain d’avant, miss34 (ouais je sais, j’étais dans le sud et à l’époque je pensais que c’était surtout un réseau social et pas un site de rencontre…).

Google s’est imposé comme le meilleur des moteurs de recherche et nous a fait abandonner tous les autres. En 2007, une amie m’a invité sur un nouveau site qui faisait fureur. Il était bleu et s’appelait Facebook. À l’époque, on voyait surtout ce que nos amis faisaient, on partageait des photos, des pensées plus ou moins intelligentes, des tests de personnalité bidon et des jeux.

À un moment, les gens se sont mis à parler de politique sur Facebook. Ce fut à ce moment-là que je suis tombé dans un des premiers pièges du réseau. J’ai viré toutes les connaissances qui avaient un discours politique qui ne me plaisait pas (en l’occurrence ceux d’extrême droite ou de droite réactionnaire).

Ce fut aussi à cette époque que les vidéos et les images explosèrent sur le net. N’importe qui avec un téléphone pouvait s’improviser journaliste et livrer une vérité. J’ai commencé à croire ce que je voyais sur le net. Alors certes, je ne croyais pas tout, mais petit à petit, on en vient à se poser des questions. Évidemment, on supprime des amis qui ne pensent pas comme nous et on garde ceux qui valident nos opinions.

Petit à petit, on s’enferme dans une vérité sur le net. Google nous connaît mieux que notre mère et il nous donnera des résultats adaptés à nos attentes. Facebook fait la même chose et pousse le vice jusqu’à insérer des publicités ultra-ciblées dans notre fil d’actualité. Notre esprit ne se nourrit que d’un seul courant et on en vient à penser que tout le monde pense comme soi.

Je pense que j’ai toujours su que le monde était bien plus complexe que ce que m’en présentait mon fil d’actualité. Je savais que Facebook ne deviendrait jamais payant parce que j’étais sa marchandise. Le Brexit, l’élection de Trump et surtout l’affaire Cambridge Analytica ont jeté un pavé dans la mare. Certes, je n’ai pas quitté Facebook, mais je regarde avec beaucoup plus de circonspection les infos que j’y trouve.

Je suis de la vielle-école, mais je pense qu’on ne s’improvise pas journaliste, je suis plutôt du genre à leur faire confiance a priori. Je ne suis pas dupe cependant, je sais que les grands groupes de presse appartiennent à de riches financiers, mais j’ai beaucoup de mal à croire des sites internet qui crie au complot tous les deux articles et qui font une étrange apologie de la Russie.

D’ailleurs dès que je lis un article ou une théorie, je me pose la question : « à qui ça profite ? » Je pars du principe que tout le monde a quelque chose à me vendre. Cela peut être des espaces publicitaires ou une vision partisane du monde, des vérités alternatives, de la réinformation, etc.

J’ai déjà parlé de la notion de bulle d’information dans mon article sur le Journal d’un nageur de l’ère post-Trump. Si vous avez encore Facebook, regardez votre fil d’actualité et demandez-vous à quelle bulle vous appartenez. Si vous ne voyez que des articles sur l’invasion des immigrés, sur l’identité occidentale en péril et sur des actes de délinquances, il est possible que Facebook vous pense d’extrême droite. Idem si vous n’avez que des publications sur des jeux vidéo ou des produits high-tech, vous êtes peut-être un geek. Cependant, vous êtes enfermé dans une case !

À force de voir des articles sur la délinquance, les abus sexuels divers et varié et la corruption de nos politiques vous finissez par penser que le monde est pourri, que rien ne va et qu’une horde d’immigrés arrive par bateau pour prendre votre travail, votre fille et votre terre. Est-ce que c’est vrai ?

On s’en fout ! À partir du moment, où quelqu’un a une opinion délirante et qu’il arrive à convaincre quelques personnes, on parlera de post-vérité lien

L’important n’est même plus de prouver quelque chose avec une méthode scientifique, l’important c’est de faire appel à ses sentiments, au fait qu’on soit convaincu. Gare à cette connaissance qui viendrait nous contredire ! Cette opposition insupportable mérite qu’on bloque cet ami pour rester entre gens du même avis !

Pour moi le danger de l’obscurantisme vient de là, rejeter a priori toutes les opinions qui ne nous plaisent pas. Ne pas essayer de les comprendre, voire d’argumenter contre lorsqu’on n’est pas d’accord. D’ailleurs, j’emploie le terme « argumenter », qui n’a rien à voir avec insulter, menacer de mort, viol, torture, malédiction, décrédibiliser son interlocuteur et tout un tas de choses qui n’ont rien à faire dans un débat civilisé.

J’ai découvert Steemit. Alors certes, l’offre d’articles est loin de tout le temps m’intéresser, mais au moins, il n’y a pas d’algorithme qui me disent quoi lire. Il me suffit d’aller dans nouveau et de faire mon choix. Depuis que j’ai posé quelques bagages dans le coin, j’ai beaucoup moins l’impression d’être enfermé dans une bulle où tout le monde fait la course à la réaction la plus rapide. Je trouve aussi que le temps est plus long, que les choses prennent leur temps.

Je ne cesse de me surprendre de l’éclectisme de steemit. Est-ce que c’est la promesse d’une rémunération qui pousse les gens à donner le meilleur d’eux même ? D’un côté, j’espère que la plateforme aura du succès, d’un autre je me demande comment elle arriverait à gérer une armée de trolls bruyants...

Authors get paid when people like you upvote their post.
If you enjoyed what you read here, create your account today and start earning FREE STEEM!
Sort Order:  

As a follower of @followforupvotes this post has been randomly selected and upvoted! Enjoy your upvote and have a great day!

@fr-stars supporte tous les projets de curation francophones. Nous avons soutenu ce post via notre partenariat avec @cercle.
Rendez-vous sur notre serveur Discord pour plus d'informations.

Félicitations @l-singclear pour votre beau travail!

Ce post a attiré l'attention de @ajanphoto et a été upvoté à 100% par @steemalsace et son trail de curation comportant actuellement 28 upvotes .
De plus votre post apparaîtra peut-être cette semaine dans notre article de sélection hebdomadaire des meilleurs post francophones.

Vous pouvez suivre @steemalsace pour en savoir plus sur le projet de soutien à la communauté fr et voir d'autres articles qualitatifs francophones ! Nous visons la clarté et la transparence.

Rejoignez le Discord SteemAlsace

Pour nous soutenir par vos votes : rejoignez notre Fanbase et notre Curation Trail sur Steemauto.com. C'est important pour soutenir nos membres, les steemians et Witness francophones ICI!

@ajanphoto

·

Merci à vous!

Bonne analyse mais c’est à chacun de faire la part des choses. L’on doit savoir séparer le bon grain de l’ivraie. Et que dire des sites de notation type Tripadvisor qui peuvent détruire la réputation d’un hôtel ou restaurant, par ailleurs excellent. Les journalistes manipulent également l’info. A nous d’utiliser ces technos à notre profit et veiller à ne pas devenir leur produit👍

·

Ce qu'il y a de bien avec les journalistes, c'est qu'il y a toujours un de leur confrère pour balancé quand l'info est trafiqué. Mais je suis d'accord sur le fait qu'on est toujours le produit de quelques choses, surtout si cette choses apparaît comme "gratuite".

On table sur le succès de cette plateforme tout autant que vous ! Votre témoignage prouve qu'il existe une véritable alternative. Upvoté à 100% !

·

Merci de votre soutien!

C'est une très belle réflexion que tu nous fais là et franchement, je t'en suis vraiment reconnaissante!

Depuis longtemps, j'hésitais à virer de mon fil d'actualité Facebook, tous ces gens que je connais ou que j'ai connu et qui partage des courants de pensée que je ne partage absolument pas. Par flemme, je ne l'avais pas fait, mais aussi, parce que même si ça ne me plaisait pas, je voulais rester au courant de ce que eux, pensait.

Tu viens de me montrer que je n'ai pas forcément tord et que garder la curiosité de savoir comment les gens pensent n'est pas forcément une mauvaise chose...

Et puis ici, au final, comme tu dis, ça reste une bonne chose toute cette diversité, même si elle ne nous intéresse pas toujours!

Encore une fois, merci pour cette très belle réflexion!

·

Voir et comprendre, ça ne veut pas dire être d'accord. D'ailleurs, ce n'est pas parce qu'on ne veut pas voir quelque chose que ça n'existe pas.
Après c'est comme tout, il ne faut pas se forcer à se confronter à des idées vraiment nauséabondes juste pour voir!

Loading...