URGENT: TENTATIVE D'ASSASINAT DE MOHAMED BOUTICHE, DETENU ILLEGALEMENT PAR LE PRÉFET, LE PREMIER MINISTRE, PATRICK CALVAR ET LE SERVICE ZR4 AFIN DE LE FAIRE TAIRE

4 months ago
37 in dgsi

NOUS AVONS APPRIS QUE MOHAMED BOUTICHE ÉTAIT AUX URGENCES DE L'HÔPITAL DE REIMS. SON TRAITEMENT PROVOQUE UN DIABÈTE, DE GRAVES DOULEURS AU THORAX ET SON ÉQUIPE TRAITANTE LE LAISSE CREVER SUR PLACE. L'OBJECTIF EST DE LE TUER CAR IL CONNAÎT LA BELLE FAMILLE DES FRÈRES KOUACHI ET A PU COLLECTER DES INFORMATIONS RELEVANT DU SECRET DÉFENSE, CONFIRMANT QUE L'ANCIEN PREFET LE NOUVEAU PRÉFET, BERNARD CAZENEUVE, PATRICK CALVAR ÉTAIENT EN LIENS ÉTROITS AVEC LES FRÈRES KOUACHI. CEUX CI ONT ETE ENTRAINES PAR LES MINISTÈRES DE LA DÉFENSES ET DE L'INTÉRIEUR EN LIBYE ET AU YEMEN. ILS ÉTAIENT DES MERCENAIRES CHARGÉS D'OPÉRER POUR LE COMPTE DES 'INTERETS FRANÇAIS ET ISRAÉLIENS EN SYRIE, MAGHREB, EUROPE. ILS ONT ETE EMMENES SUR LES LIEUX LE 7 JANVIER 2015 A PARIS PAR LEURS OFFICIERS TRAITANT DE LA DGSI. TOUTES LES NOTES DÉCLASSIFIÉES CONFIRMENT QUE LA DGSI ET LA DGSE ONT TOUT FAIT POUR LES PROTÉGER AVANT DE LES LÂCHER AU DERNIER MOMENT, EN SE SERVANT D'EUX COMME PIGEONS. NOUS ACCUSONS CHEMLA, DELCAMBRE, CAZENEUVE, CALVAR DE TENTATIVE DE MEURTRE SUR LA PERSONNE DE MOHAMED BOUTICHE QUI A PU RÉVÉLER ET DÉSTABILISER LE NARRATIF MENSONGER POLICIER, JUDICIAIRE EN FRANCE. MOHAMED BOUTICHE DOIT ÊTRE EXPERTISÉ PAR UN PSYCHIATRE NON FRANÇAIS, INDÉPENDANT ET DOIT POUVOIR ATTAQUER SON MÉDECIN TRAITANT POUR HOMICIDE VOLONTAIRE AVEC INTENTION DE DONNER LA MORT PAR TRAITEMENT MÉDICALISÉ, LE PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE, LA JUGE QUI A COUVERT L'ACTION CRIMINELLE DU PRÉFET ET DE DELCAMBRE SON MÉDECIN 'TRAITANT', PROCHE DU MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR,QUI EST COMPLICE, LE PRÉFET, PATRICK CALVAR ET BERNARD CAZENEUVE. LE DIAGNOSTIC ÉTABLI PAR DELCAMBRE EST FAUX, MENSONGER, ET PERMET SOUS COUVERT DE TRAITEMENT MÉDICAL, DE TUER MOHAMED BOUTICHE DONT LA SANTÉ SE DÉGRADE GRAVEMENT SANS QU'AUCUNE MESURE NE SOIT PRISE POUR LE FAIRE SORTIR DE LA .IL A EXPRIMÉ SON SOUHAIT D'ATTAQUER CHEMLA ET SON ÉQUIPE ET LES PERSONNES CITÉES DESSUS. LA JUSTICE LUI DONNE RAISON ET DÉNONCE AUSSI LES MENSONGES DES SERVICES FRANCAIS ET ISRAELIENS POUR LESQUELS TRAVAILLENT BERNARD CAZENEUVE,PATRICK CALVAR, AUTEUR DES ATTENTATS EN FRANCE DEPUIS LEVALLOIS-PERRET, ET BENICHOU DU POLE DE TERRORISTE A PARIS. SON MEDECIN DR ANDRE WONG RECONNAIT QUE SON PATIENT NE L'EST PAS EN FAIT ET A RECU L'ORDRE DE LA DGSI D'EMPÊCHER MOHAMED BOUTICHE DE SORTIR DE LA MARNE CAR LA POLICE A PEUR QUE MOHAMED TÉMOIGNE EN VIDEO POUR UN ONG SPÉCIALISÉE DANS LES TORTURES INFLIGÉES PAR LES SERVICES DE RENSEIGNEMENTS POUR ASSASSINER LES PERSONNES QUI ONT SU DÉSTABILISER LES SERVICES DE L'ETAT FRANÇAIS.

TOUS LES AVOCATS CONTACTÉS POUR LE DÉFENDRE ONT SUBI DES PRESSIONS DE L'ETAT FRANÇAIS. CAZENEUVE COMME SON MENTOR HOLLANDE SONT FINIS, DE MEME QUE CALVAR ET BAJOLET, LE DRIAN, VALLS. CE FIASCO DE L'OPÉRATION KOUACHI PERMET L'EFFONDREMENT DE L'ETAT FRANÇAIS.

LIBEREZ MOHAMED BOUTICHE, VOTRE CARRIÈRE SERA DÉTRUITE, DU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE A CHEMLA ENPASSANT PAR CAZENEUVE ET CALVAR. VOUS AVEZ TRÈS PEU DE TEMPS, VOUS ÊTES TOUS CITES, VOUS ÊTES TOUS COMPLICES DE LA TENTATIVE DE MEURTRE DE MOHAMED BOUTICHE. IL N'A PAS INVENTÉ TAREK BOUARFA, NI MIGUEL MARTINEZ,

IL LES CONNAÎT PERSONNELLEMENT. NOUSS AVIONS PRÉVENUS IL Y A TROIS MOIS, NOUS AVONS MIS NOS PAROLES A EXECUTION. LES FICHES S N'ONT AUCUNE VALEUR, PATRICK CALVAR LES MONTENT POUR SE COUVRIR, SE SONT DES MENSONGES ÉHONTÉS. MOHAMED BOUTICHE PEUT FAIRE TOMBER L'ETAT FRANCAIS A LUI TOUT SEUL. VOUS ÊTES COMPLICES DE SON ASSASSINAT, VOUS ÊTES TOUS IDENTIFIÉS, JAMAIS NOUS NE VOUS LAISSERONS FAIRE. LES FAITS ET LA RÉALITÉ PARLENT POUR MOHAMED BOUTICHE... SON AVOCAT N'AURA AUCUN MAL A LE PROUVER, LES CONTACTS AVEC LA BELLE FAMILLE DES KOUACHI SONT RÉELS, NOUS SOMMES LA POUR VOUS FAIRE PAYER LE PRIX LE PLUS FORT POUR AVOIR TENTER DE L'ASSASSINER!

AS

Selon "Mediapart", les 41 notes dévoilées par la DGSI dans le cadre de l'enquête sur la tuerie de "Charlie Hebdo" sont incomplètes et révèlent les failles dans la surveillance des frères Kouachi.

"La DGSI n'était pas au top sur les Kouachi. Leur documentation n'était pas à jour". En 2015, un policier chargé de la traque des tueurs de Charlie Hebdo confiait à Mediapart les faiblesses de la surveillance de la DGSI sur les frères Kouachi, responsables de la tuerie de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015, où 12 personnes sont mortes. La justice avait obtenu la levée du secret défense de 41 notes du contre-terrorisme concernant la surveillance des deux terroristes mais selon le site, les documents les plus importants ne figurent pas dans le lot déclassifié.

Le stratagème des frères Kouachi. Les 41 notes dévoilées à la justice révèlent que Saïd et Cherif Kouachi étaient surveillés en 2012 et 2013. Difficile, selon Mediapart, d'être précis car les documents déclassifiés sont délestés des éléments les plus sensibles. Ils révèlent toutefois plusieurs brèches dans la surveillance de la DGSI, qui assiste ainsi "aux premières loges" à l'évolution de Cherif Kouachi dans la mouvance islamiste des Buttes-Chaumont, dans les années 2000.

En 2011, les services américains transmettent aux Français une note les informant que Saïd Kouachi, son frère, s'est envolé pour le sultanat d'Oman. Il s'agit en réalité de Cherif Kouachi qui, de Oman, rallie le Yémen et les camps d'entraînements d'AQPA (Al-Qaïda dans la péninsule arabique) en empruntant le passeport de son frère pour contourner son contrôle judiciaire.

Entretenant la confusion sur leurs identités, les frères Kouachi vont induire en erreur les services français et américains. En septembre 2011, les Américains signalent des échanges dans un cybercafé de Gennevilliers avec Peter Chérif, un ancien des Buttes-Chaumont ayant combattu en Irak. Le premier réflexe des Français est de se concentrer sur Saïd qui, selon une vieille note de la DGSI, a vécu dans la ville des Hauts-de-Seine. "Qu'importe", écrit Mediapart, "que Saïd vive depuis deux ans à Reims". Qu'importe, aussi, que le cybercafé soit situé dans la rue où vit depuis trois ans son petit frère Chérif.

Saïd et Chérif Kouachi, fichés S. En un an, 18 notes sont consacrées à Cherif Kouachi, qui concentre désormais toute l'attention du contre-terrorisme et une fiche S est émise à son sujet. Son aîné devient également, en 2011, fiché S.

Mediapart suppose que "trois" taupes sont placées dans l'entourage de Chérif Kouachi, qui fait aussi l'objet d'une surveillance physique. Mis sur écoute en 2012, les surveillances concernant Saïd Kouachi révèlent que l'homme "sort rarement de son domicile", "joue aux jeux-vidéos en ligne avec son frère" et "consulte des sites Internet". Elles sont stoppées en 2013.

Surveillances ponctuelles. Dans son enquête, Mediapart relève trois événements marquants de la surveillance des frères entre 2010 et 2015. Le voyage en 2011 de "Saïd Kouachi" - en réalité Chérif - à Oman pour rallier le Yémen. Un projet d'attentat, en 2013, impliquant Peter Cherif, membre d'AQPA, l'homme des échanges du cybercafé. Enfin, la confirmation par la femme d'un djihadiste, issu lui aussi des Buttes-Chaumont, qu'un frère Kouachi avait suivi un stage commando au Yemen et avait été missionné par AQPA pour commettre un attentat en France.

Sur les 41 notes déclassifiées, trois sont rédigées après l'audition de la femme. Dans deux notes, postérieures à Charlie Hebdo, la DGSI explique que "des surveillances physiques étaient réalisées au domicile de Reims mais ne permettaient pas d'observer l'intéressé". Mediapart révèle que les notes délivrées à la justice ne mentionnent pas "ces surveillances ponctuelles".

La transparence en question. Dans son enquête, Mediapart note "le relatif effort de transparence" des services de renseignements avec la déclassification de ces 41 notes alors qu'au moment de l'affaire Merah, seulement 24 avaient été dévoilées. Mais certains éléments des documents sont supprimés pour protéger les "procédures et méthodes de travail [des] services" faisant allusion, selon Mediapart, à des censures du ministère de l'Intérieur en plus de celles prévues par la commission. Pour l'heure, la justice ignore toujours certains actes d'enquêtes de la DGSI, après la révélation de certains éléments contenus dans les 41 notes.

Un manque de transparence qui, pour le site, "laisse planer le doute sur ce savaient réellement les services de renseignement" sur les frères Kouachi. Des services qui, en sous-effectif, avaient davantage concentré leurs efforts sur la vague de départs de Français vers la Syrie, alors en pleine expansion.

Les notes cachées sur les frères Kouachi

Les notes cachées sur les frères Kouachi

Deux ans après le massacre de Charlie Hebdo, Mediapart revient sur la surveillance des frères Kouachi par les se...

https://www.mediapart.fr/journal/france/070117/les-notes-cachees-sur-les-freres-kouachi?onglet=full

Authors get paid when people like you upvote their post.
Join our amazing community to comment and reward others.