Histoire du Canada – une absence de 60 ans (2 ième partie)

in fr •  4 months ago

Qui accepterait une page blanche dans son livre d’histoire; c’est pourtant le cas dans notre histoire nationale. Un vide historique qui ne fut jamais expliqué; un historien va tenter de nous éclairer sur cette période.

00-Cartier-a.png
Image credits; wikipedia.org

Une absence de 60 ans. (voir Note au bas)

Plusieurs raisons expliquent cette absence prolongée :

  • La colonisation de la Nouvelle-France n’est plus une priorité; la France est aux prises avec de nombreux problèmes : guerres de religion, guerre d’Italie et les armées espagnoles menacent les frontières.
  • La Nouvelle-France n’offre pas les richesses promises : pas d’or, d’épices ou d’argent, pas de passage vers les Indes sans compter l’hostilité des Amérindiens
  • La France veut cacher et surtout oublier une terrible tragédie

Samuel de Champlain, fondateur des Québec et véritable architecte de la Nouvelle-France, constate à son arrivée en Nouvelle-France, au début des années 1600, que les tribus amérindiennes du temps de Cartier & Roberval ont disparu; ce sont d’autres tribus qui peuplent le territoire et la population est clairsemée. On explique alors ce déclin par des guerres entre tribus rivales pour le monopole du commerce. L’historien Roland Viau offre cependant une toute autre explication et pour cela il faut revenir 60 ans en arrière.

La Colonisation

Le premier voyage (1534) et le second voyage (1535-36) de Cartier avaient été sans grandes conséquences : exploration du territoire, quelques alliances, quelques échanges, etc, bien que Cartier ait ramené de force le chef Donnacona en France.

Le troisième voyage (1541-42) de Cartier et l’expédition (1542-43) de Roberval sont très différents : on vient pour y établir une colonie, c’est-à-dire occuper le territoire. Malgré la mort de Donnacona en France, le retour de Cartier est salué et les retrouvailles à Stadacona (Québec) sont chaleureuses et amicales. Cartier avait choisi, lors de son 2ième voyage, un endroit sur le bord de la rivière Cap-Rouge, près de Stadacona, pour y construire un premier établissement. Il s’y installe en attendant Roberval.

Appropriation du territoire

Bientôt les relations entre Cartier et ses amis de Stadaconé vont commencer à se détériorer; les Amérindiens voient d’un très mauvais œil cette appropriation du territoire par les Français. D’ailleurs, à Gaspé, en 1534, le chef amérindien de l’endroit avait clairement signifié à Cartier que ce dernier devait d’abord demander la permission avant d’y planter une croix. Venir commercer ou établir un comptoir d’échange, c’est une chose; mais s’installer définitivement avec armes et bagages, c’est autre chose.

Passagers non grata

Lors de son dernier voyage (1542), Cartier transporte ce que l’historien Viau appelle des passagers clandestins. C’est clairement indiqué dans sa 3ième Relation; Cartier amène avec lui en Nouvelle-France toute la basse-cour, tous les animaux domestiques si on préfère, animaux que les Amérindiens ne connaissent pas.

Les animaux sont reconnus comme porteurs de maladies : le chien – la rage, le cheval – le tétanos, le porc et le poulet – la grippe, et ainsi de suite. Roland Viau suggère que les Amérindiens auraient été contaminés et que, n’étant pas immunisés, beaucoup en seraient morts étant donné qu’une épidémie se serait répandue. De plus, les Amérindiens devaient sans doute s’étonner que eux seuls en mourraient alors que les blancs n’étaient pas affectés. Ce double constat a certainement du provoquer la colère et l’hostilité des autochtones et Cartier a peut-être craint pour sa propre vie.

Ceci peut expliquer pourquoi Cartier repartit au printemps de façon précipitée sans attendre Roberval. Tant qu’à Roberval, il vit 35 de ses charpentiers tués par des autochtones selon le témoignage d’un capitaine basque. De plus, l’emplacement de Cap-Rouge où il s’était établi, fut détruit à peu près à la même époque. On sait aujourd’hui, les preuves archéologiques le confirment, que l’endroit fût rasé par un incendie; on ne sait pas cependant s’il fût incendié par les Français avant de quitter ou par les Amérindiens.

Le récit de voyage de Roberval, mentionne que « la colonie doit être évacuée en septembre 1543 »; le terme « évacuée » en dit long sur l’urgence et la dangerosité de la situation. En plus de l’hostilité des Indiens et de la mortalité croissante, craignait-il que l’épidémie se propage à ses propres hommes ?

Rolland Viau suggère donc que : le massacre des habitants, l’incendie du premier établissement, l’hostilité des tribus, le départ précipité de Cartier et Roberval, tout cela serait du à une terrible épidémie qui se serait répandue dans toute la vallée du Saint-Laurent et qui aurait décimée une grande partie de la population autochtone; épidémie suite aux contacts avec des animaux domestiques amenés par les Français.


Source; Émission « Publications Universitaires », diffusée sur le canal SAVOIR

En France, on étouffe l’affaire

En France, une enquête a été menée pour connaître les raisons de cet échec et savoir ce qui s’est réellement passé; ces expéditions ont quand même coûté très chères au trésor public. À l’exception du témoignage du capitaine basque, il n’en ressortira rien de cette enquête; après tout Roberval est un proche de François 1er. Une partie de la vérité viendra d’une autre source : les Relations de Voyages.

Les Relations de Voyages

Les relations de voyages de Cartier et de Roberval, qui sont d’habitude bien détaillées, sont muettes sur la fin des expéditions de 1542 et 1543, de Carier & de Roberval. Les copies manuscrites sont perdues et le peu qu'on connaisse de la 3ième Relation nous vient curieusement d'une version anglaise.

la Relation du troisième voyage de Cartier et la Relation du voyage de Roberval ne sont connues qu'à travers la traduction anglaise de Richard Hakluyt, publiée en 1600 probablement rédigés à partir d'originaux trouvés à Paris en 1583.

Source: wikipedia.org/wiki/Jacques_Cartier

L'historien Roland Viau pense que l'entourage de Cartier aurait fait disparaître les derniers manuscrits afin de protéger la réputation de Cartier et Roberval et ainsi cacher le lamentable échec de cette dernière expédition.

Roland Viau

Roland Viau est anthropologue, historien, écrivain, chercheur et professeur à l’Université de Montréal. Il a publié plusieurs ouvrages; il s’est mérité à 2 reprises (fait rare) le prix littéraire du Gouverneur Général du Canada.

Œuvres

Roland Viau a publié, entre autres, six essais anthropologiques et historiques:
• Enfants du néant et mangeurs d'âmes. Guerre, culture et société en Iroquoisie ancienne 1,2, Montréal, Boréal, 1997
• Femmes de personne. Sexes, genres et pouvoirs en Iroquoisie ancienne3, Montréal, Boréal, 2000
• Ceux de Nigger Rock. Enquête sur un cas d'esclavage des Noirs dans le Québec ancien4, Montréal, Libre Expression, 2003
• La sueur des autres. Les fils d'Érin et le canal Beauharnois5, Valleyfield, Triskèle Éditeur, 2010.
• Du pain ou du sang. Les travailleurs irlandais et le canal Beauharnois6, Montréal, Les Presses de l'Université de Montréal, 2013.
• Amerindia. Essais d'ethnohistoire autochtone7, Montréal, Les Presses de l'Université de Montréal, 2015.

Source: wikipedia.org/wiki/Roland_Viau

NOTE

Certains historiens parlent plutôt d'une absence de 40 ans; en effet il y a eu quelques tentatives dans les années 1580. Ces expéditions n'ont laissé aucune trace et ont été sans suite de sorte que l'Histoire ne les a pas retenues.

De 1581 à 1584, plusieurs marchands français organisent des expéditions en Nouvelle-France, en Amérique du Nord dans l'espoir de trouver des fourrures rares et d'autres richesses.

Source : wikipedia.org/wiki/Chronologie_de_l%27histoire_du_Qu%C3%A9bec

RÉFÉRENCES :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Cartier

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Fran%C3%A7ois_de_La_Rocque_de_Roberval

https://fr.wikipedia.org/wiki/Roland_Viau

https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Particelli_d%27%C3%89mery

https://fr.wikipedia.org/wiki/Samuel_de_Champlain

https://fr.wikipedia.org/wiki/Petit_%C3%82ge_glaciaire

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_de_l%27histoire_du_Qu%C3%A9bec_(1534_%C3%A0_1607)

Retour en Nouvelle-France après 60 ans (3 ième partie)

À SUIVRE


00-A-Signature.png

Authors get paid when people like you upvote their post.
If you enjoyed what you read here, create your account today and start earning FREE STEEM!
Sort Order:  

awesome concept sir your blog is top class thanks for share your inportant concept.

·

Thanks !

This king is what country

Posted using Partiko Android

·

It's not a king; he is a french explorer (Jacques Cartier). He was the first to come here in Canada in 1534.

Merci pour la suite de ce palpitant cours d'histoire sur Cartier et Roberval. J'ai hâte d'en savoir plus.

·

Merci pour le commentaire.

Merci pour cette "page" de notre histoire que je ne connaissais pas ;)

·

Il y avait effectivement une sorte d'absence, un trou que je voulais combler. Merci !

Une très bonne suite dans la même veine de la première partie ! Upvoté à 100% !

·

Merci pour le support !

Vraiment très intéressant !
J'ai également écouté la vidéo. J'en ai appris sur le peuple des Iroquoiens et leurs caractéristiques propres, que je ne connaissaient pas.
Merci @peeknpoke, j'attends la 3ième partie ;)

·

La vidéo est un simple extrait d'une émission. J'aurai d'autres extraits de Roland Viau où il sera question des femmes iroquoiennes et là une surprise vous attend. Merci pour le commentaire.

merci @peeknpoke excellent merci pour cette partie d'histoire ☺.

·

Merci et c'est à suivre.