14/18 - Nous sommes de la boue qui marche # 14

in #fr2 years ago (edited)

Episode 14 : Suite et fin de la guerre pour Robert

Résumé:
Les lettres de mon grand-père (Robert) échangées avec ses proches pendant la guerre de 1914/1918 sont restées au fond des tiroirs jusqu'à ce que la commémoration du centenaire de " La Grande Guerre" réveille les mémoires et invite mon père, en premier, à me parler de son beau-père.
La chance me permit de récupérer ensuite de nombreuses lettres chez des parents. A travers ce blog je vais vous faire partager une partie de cette correspondance de 1914 associée aux mémoires de mon grand-père qu'il a écrites en 1956.

Précédents épisodes : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13


1916 - Robert (au centre +) au camp de Darmstadt - Allemagne

Robert, prisonnier à Darmstadt depuis le 1er mars 1916, raconte:

On me doucha, me questionna, me tondit, mais rien à manger et pas de pansement changé. J'ai commencé à connaître la faim et je ne connais rien de plus terrible. J'avais un régime qui n'était qu'une ombre.

Je suis tombé cinq fois sans connaissance pendant mon séjour à l'hôpital. Je n'ai jamais eu beaucoup de fièvre. On me fit deux curetage à travers la figure, ce n'est pas très rose comme sensation. Je me suis guéri parce que j'ai un bon tempérament et parce que j'ai eu des devanciers qui n'ont pas fait d'excès.

Je ne dois rien aux Boches. Nous avions une grosse diaconesse qui avait tout du boucher. Elle avait bon coeur mais la main rudement lourde. Les pansements arrachés sans eau tiède, les nettoyages en trois coups de bistouri, les plaisanteries stupides et malveillantes, rien n'y manquait.

On me fit une opération, on me promit beaucoup, je n'eus rien.

Et puis la faim, la faim atroce, les Français qui vous exploitent, vous vendent un morceau de pain deux ou trois marks. Les copains nouvellement pris, les heureux qui pouvaient marcher, allaient fouiller les poubelles pour une croûte moisie. Les batailles pour un morceau de K.K. (pain) infect, aucune camaraderie devant le désir inassouvi.

Plus tard, au camp, les zizanies, les cafardages, les traîtres, les embêtements perpétuels des Boches et toujours, toujours, quand les colis tardent, la faim qui reparaît.

Lettre de Robert à sa mère - 19 Avril 1916

Chère Maman,
Je vais bien. Mon bras est déplâtré, la plaie de la cuisse se ferme et le visage se cicatrise. Je ne souffre presque plus.

Vos envois sont exquis mais, je vous en prie, pas de grosses boîtes et surtout des conserves qui peuvent rester ouvertes.

Je vais de mieux en mieux. Je vous écris moi-même aujourd'hui. Ne vous inquiétez pas. Ce n'est pas le bras droit qui est perdu mais l'oeil droit. A part cela rien d'ennuyeux. Je suis toujours bien soigné. Bonnes Pâques!

Je vous embrasse tendrement. Votre fils respectueux.

bon papa2.jpg
Robert en 1917

Lettre de Robert à sa mère - 3 Mai 1916

Chère Maman,
Je vais de mieux en mieux. Les blessures se ferment. Le bras droit recommence à se mouvoir. Je n'ai plus de fièvre et ne souffre que de douleurs intermittentes. Je reçois tous vos colis en bon état. Merci pour toutes vos bonnes choses. Je n'ai jamais désespéré de vous. Je suis bien soigné.

Mon bras reviendra comme avant. On me mettra un oeil de verre et des dents. Ma face me fait bien un peu mal mais si peu! Ne vous faites pas de mauvais sang à ce sujet. Nous nous reverrons, ne vous découragez pas, il faut prendre les choses du bon côté. Le moral est excellent, nous nous promenons dans notre cour dès qu'il fait beau, on cause, fume, discute et personne ne se plaint. Je pense bien souvent à vous.

Je désire surtout des conserves pouvant rester ouvertes quelques jours, des condiments, des confiseries, du tabac et des livres.

Vous me faites déjà un si grand plaisir que je ne sais comment vous remercier mais ne me croyez pas triste, personne ne l'est ici. Je fais popote avec un copain de Paris, tout va pour le mieux.

Je vous quitte en vous remerciant beaucoup de vos envois et je vous assure bien que je pense continuellement à vous et vous aime et embrasse tendrement.

Lettre de Robert à sa mère - 21 juin 1916

Chère Maman,
Je suis dans le service de mécano-thérapie pour mon bras et suis bien soigné. Tout va bien mais je ne peux pas encore ouvrir complètement la bouche, cela reviendra m'a dit le dentiste.

Ici, même vie, pluie et soleil, forcément monotone mais on cherche à se distraire. J'entretiens mon allemand avec les infirmiers. Je m'accoutume à cette vie calme et sans imprévu.

J'aime beaucoup vos lettres et les attends. Plus je vais plus j'aime le calme, l'effort concentré vers un but dans la vie. La campagne me plaît par la liberté qu'elle offre et la paix de son existence. L'exil a été l'apanage de beaucoup et il force à réfléchir. La vie matérielle étant largement assurée ici, la réflexion prédomine. Je voudrais quelques conseils, quelques livres pour mieux m'en pénétrer. Par contre, les grandes idées qui me travaillaient jadis s'envolent. Je deviens païen, d'une manière.

J'aimerais savoir si l'on vous a renvoyé mon sac et mes affaires. La certitude de la mort de l'oncle Raymond me touche beaucoup. J'aimerais savoir ce qu'a Hélène et si elle ne va pas mieux.

De mon côté tout va bien. Je vous en prie ne vous faites pas de peine à mon sujet. Je vous embrasse bien tendrement.

bon papa en Suisse.jpg

Mars 1917 - Robert et sa soeur Renée à la clinique de Lausanne en Suisse

Carte de Robert à sa famille - 14 Décembre 1916

Pas lieu de s'en faire. Toujours même état et même moral. Bientôt nous reverrons, croyez-le. Reçois bien colis et lettres. Ai toujours névralgies mais vais mieux. Il ne fait pas trop froid. Je vois bien que vous vous figurez un fils tout autre que je ne suis mais nous remettrons cela a plus tard. Plus d'envois de colis. Bien à vous.

Carte de Robert à ses parents - 16 Décembre 1916

Après avoir été accepté par la Commission Suisse chargée de visiter les camps de prisonniers de guerre et prêt pour mon départ en Suisse je dois rester ici car le gouvernement français a refusé l'internement de dix officiers et cent soldats allemands prisonniers. Ce n'est donc qu'à titre de représailles que nous ne partons pas.

S'il y a des hommes intelligents en France je serais porté à croire qu'il y en a qui s'amusent un peu de nous, ce qui ne me parait pas très fort! Bien tendrement à vous.

Image du Blog adelette.centerblog.net

Robert écrit le 20 Janvier 1917 qu'il est enfin en Suisse à Champéry.
Le 13 Février 1917 il loge à la pension de famille Minerva à Lausanne. Il sera prochainement opéré du visage à la clinique du Docteur Roux.
Le 3 Mars 1917 un télégramme annonce à la famille:
PREMIERE OPERATION PALAIS, OEIL, REUSSIE - PAS DE FIEVRE

L'opération n'avait pas si bien réussie que ça puisque Robert écrit dans ses mémoires:

Je rentrais à Lyon en Juillet 1917 et devins un pilier de l'Hôtel Dieu où je passais sept fois sur le billard.
Je passais l'hiver à Boulouris et fus réformé à Nice le 5 Août 1918.

Image du Blog adelette.centerblog.net

Sa soeur Hélène décéda de la Tuberculose en 1917 alors qu'il était à l'Hôtel Dieu à Lyon.
Robert se maria en 1921 et à la naissance de leur troisième enfant sa femme décéda.
Il se remaria en 1927 avec Geneviève, ma grand-mère. Une seule fille naquit de cette union, Sylvie, ma mère.

Robert et sa femme vécurent deux guerres contre les allemands dont une particulièrement atroce pour Robert. Ils perdirent tous deux des êtres très proches, subirent l'évacuation et la réquisition de leur hôtel restaurant en 1940 et l'ironie du sort voulut qu'ils eurent pour gendre....... un allemand, mon père. La vie nous réserve souvent des surprises qui nous forcent à devenir humains, à mettre de côté nos idées sectaires et à ouvrir nos coeurs.

Un grand merci à vous tous qui m'avez suivi tout au long de ce récit épistolaire et qui m'avez encouragée à poursuivre.

Sort:  

Vraiment passionnant ! Il faudrait confier votre témoignage à un musée. Le musée de la Grande Guerre à Meaux à été édifié sur la base de collections et de témoignages de particuliers. Super musée.

Merci @duke77 pour ton commentaire et ton idée. J'ai fait un recueil des lettres que j'ai fait éditer et qui se vend à Verdun. Je ne connais pas du tout le musée de Meaux mais à l'occasion j'irai faire un tour.

Déjà la fin!
Quelle histoire incroyable! Tes grands parents ont vraiment pas eu la vie facile.
La faim, la guerre, attendre aussi longtemps pour être opéré du visage.
Je n’ose même pas imaginer comme ça devait être difficile. Un homme très courageux qui s’est sacrifié pour la France!

Et même après la guerre, pas de repos dans la souffrance puisqu’il perd sa première femme...

Par contre je trouve ça très drôle que le beau fils soit allemand. Et comme tu dis, heureusement que certains sont capable de ne pas faire de généralités et de garder l’esprit ouvert.

Une très belle saga. Bravo !

Oui on ne peut pas dire que la vie était de tout repos pour eux. Les guerres leurs ont bien changé leur mode d'existence mais finalement ils ont été heureux en devenant des fermiers amoureux de leurs bêtes et de la vie à la campagne.

oh là là, j'en ai la chair de poule à la lecture de cet épisode. Pauvre Robert, la mort l'a entouré de toute part, jusqu'à sa vie privée. Ce n'est pas un hasard d'avoir appelé son dernier enfant "s'il vit", pour conjurer le sort. Je te remercie pour ce post extraordinaire qui me fait penser aux 17 ans d'emprisonnement de guerre de mon oncle qui, lui aussi, a connu la famine et les mauvais traitements. Ce qui m'étonne, c'est que les colis arrivent intacts et n'ont pas été dévalisés avant d'arriver aux mains de Robert...

Très jolie ta remarque sur le prénom Sylvie, c'est l'inconscient qui a parlé!
17 ans d'emprisonnement! ça a dû être terrible et sa sortie n'a pas due être simple non plus. Merci de partager avec moi des épisodes particulièrement durs de vie familiale.

c'est notre vraie richesse : le partage. C'est aussi notre thérapie la plus efficace ;-)

Je suis si ému par la fin de ton récit. Tellement d'épreuves, la faim,
toute ces opération qu'il a subit . Quel courage !
et cette deuxième guerre si terrible aussi.
Mon grand-père était allemand, un grand homme que j'ai perdu trop jeune.
Il a connu ma grand-mère en Normandie lorsqu'il était prisonnier.
Il se marièrent et eurent 4 filles.
Ma grand-mère était de moeurs légères et lui a fait une multitude de dettes.
Dans les années 50 il a obtenut le divorce et éduqué ses 4 filles seul.
Ce sont les gens au pouvoir qui détruisent les population en déclenchant des guerres inutiles et déstructrices pour tout le monde.

Merci @archeothot pour cette émotion, cela me touche beaucoup. Nous voilà avec des points communs. Tu dois être de la génération de ma fille donc moi c'est mon père qui est allemand et non mon grand-père et il a également eu 4 filles. Maman n'est pas partie, ils nous ont élevé tous les deux et l'année prochaine ils fêteront tous les deux leurs 90 ans et leur 70 ans de mariage.
C'est vrai ce que tu dis ce sont les politiques qui décident du sort de leur pays et bien souvent ils nous conduisent à des désastres.

ouah! 70 ans de mariage, c'est extraordinaire, plus beaucoup de couple dure aussi longtemps!
Oui, nous avons de nombreux points communs, moi j'ai 45 ans et mon grand-père est parti quand j'en avait 8.

Touchant et à la fois émouvant, votre récit apporte un grand hommage à ses hommes qui se sont battu durant la grande guerre. Upvoté à 100% !

Merci de votre commentaire @francosteemvotes.

Congratulations @ofildutemps! You have completed some achievement on Steemit and have been rewarded with new badge(s) :

Award for the number of posts published

Click on any badge to view your own Board of Honor on SteemitBoard.

To support your work, I also upvoted your post!
For more information about SteemitBoard, click here

If you no longer want to receive notifications, reply to this comment with the word STOP

Upvote this notification to help all Steemit users. Learn why here!

Pas grand chose à dire à tout ça, c'est vraiment prenant. J'ai repris les anciens articles que je n'avais pas lu. C'est fort en émotion...

Merci @arkcoin. Même après toutes ces années (un siècle maintenant) nous n'échappons pas à l'émotion provoquée par le peu que les poilus ont bien voulu raconter. Quand le poilu est un proche cette émotion est décuplée et même si j'ai lu et relu ces lettres des dizaines de fois je suis toujours bouleversée.

Hi! I will upvote and resteem your post to my 35,000+ followers if you reply to this comment.
👍🏻 a-0-0

J'ai du mal à trouver les mots tellement tout cela me touche. Nous qui n'avons pas connu ces atrocités, ces guerres, la séparation et la perte d'êtres proches. Mais nous avons un devoir. Un devoir de mémoire. Ne pas oublier.
La conclusion est pleine d'espoir.
Merci pour ce magnifique témoignage.

Il est malheureusement difficile de ne pas oublier tant cela nous parait être irréel et si loin. Mon grand-père ne parlait jamais de cette période de sa vie, on peut le comprendre, et si je ne m'étais pas plongée dans la lecture de ses lettres je n'aurais jamais pu ressentir la réalité de ce qui s'est passé vraiment. Je te remercie @japon d'avoir suivi ce blog.

Ouf, j'ai eu la main devant la bouche tout le long de ma lecture. Bouche bée... Quelles tristes histoires de vie, être ainsi affectés par la guerre et la perte d'être chers... Les membres de ta famille ont toute mon admiration. C'est un bel hommage que tu leur fais que de faire connaître leur histoire! Bravo!

Quel touchant récit que je ne découvre que sur la fin, mais ne dit-on pas, mieux vaut tard que jamais ?

Je trouve magnifique l'idée que tu as eu de partager l'histoire de tes grands-parents de cette façon. Il est important de garder ce genre de témoignages vivant et c'est ce que tu as fait en nous le partageant sur le net...

Merci à toi.

Je découvre ce dernier récit un peu tard avec émotion.... quel caractère incroyable avait ton grand-père de toujours rassurer les siens alors qu'il vivait les pires épreuves...je suis vraiment touchée, tu as fait une magnifique oeuvre de mémoire et d'hommage avec ses récits publiés et partagés avec nous, Merci !