Les partis politiques sur Steem ont-ils un avenir ?

in #fr2 years ago (edited)

Cette semaine deux partis politiques francophones se sont inscrits sur Steem...

Des fachos et des utopistes.

Ces derniers jours nous avons vu apparaitre au moins deux comptes appartenant à des partis politiques sur la communauté fr. Je n'ai pas encore fait de recherches approfondies mais cela me semble nouveau et attise un peu ma curiosité. Les deux partis sont de nationalité, de taille et de courant d'opinion opposé, ils sont néanmoins les premiers à s'afficher en tant que partis politiques et je me demande quelles sont les motivations réelles qui les poussent à utiliser Steemit comme media.

Toucher une nouvelle audience, rameuter leurs adhérents sur Steemit, trouver un financement, éviter la censure en publiant leur propagande sont autant d'objectifs que des partis et des partisans peuvent viser. A la seule différence qu'ici, on est sur Steem et que les règles sociales en place peuvent probablement rendre l'exercice d'expression d'un réel parti politique plus complexe que sur une autre plateforme.

En anglais Steem connait la présence de plus en plus importantes de médias indépendants engagés, tandis que certains partis politiques tentent d'afficher leur propos en restant, à mon sens minoritaire.

Exemples de 'medias

https://busy.org/@news2share ,
https://busy.org/@taranisnews ,
en français https://busy.org/fr/@electron-libre/electron-libre-un-journal-lyceens-engage-et-independant

De l'opinion au politiquement correct.

Si les politiciens sont des fins limiers de l'argumentation et de la persuasion, il n'en reste pas moins que s'ils tiennent à obtenir des financements intéressant ou une notoriété suffisante pour exercer leur rôle d'influenceurs, ils devront veiller à gagner un maximum de visibilité et de réputation. Et c'est justement à ce titre, l'écosystème de Steem, à tort ou à raison, s'il offre une grande liberté d'expression, contraint paradoxalement tout discours politique à suivre la voie de la modération et du consensualisme.

En effet, nous savons que les tags les plus populaires parlent de voyage, de la vie (life), des histoires (story), de photographie par exemole. Et ce sont bien les sujets les plus populaires, ceux susceptibles d'intéresser le plus grand nombre sans exposer le lecteur à mettre en doute ses valeurs ou ses conceptions culturelles qui remportent la plus grande adhésion.

https://steemit.com/tags

Le bloggeur vertueux tentera de rédiger du contenu pour tous en évitant de froisser son lectorat. Ici,liberté d'expression se doit d'être plutot respectueuse et bienveillante, policée par des conditions fondamentalement différente d'un facebook. Car si tout le monde est amené à s'exprimer librement, sur Steem, tout le monde est également armé de downvote.

Citoyenneté Steemienne et politique

Rappellons-nous que lorsque quelqu'un décide de commenter, d'upvoter ou de downvoter, cet acte restera visible publiquement de manière permanente . Si les mandataires politiques et leurs militants ont l'habitude de s'exposer personnellement, il n'en va pas de même pour le citoyen, qui, sur Steem, devrait afficher son opinion publiquement, à main levée. Si le citoyen Steemien osera facilement s'exprimer sur la manière dont Steem pourrait évoluer, rien ne l'incite à exprimer les opinions politiques qu'il défendrait dans le monde réel.

Steem dictature apolitique ?

De plus, Steem est génétiquement porté par un certain esprit anarcho-libertaire voire libertarien. Sa structure de pouvoir est quasi féodale, dynamisée par quelques communautés éclairées auto-émergentes qui initient quotidiennement de louables projets de développement artistiques sociaux et éducatifs qui nécessitent une mobilisation et une action citoyenne sans pour autant que celle-ci ne soit attachée à des mouvement politique. Au moyen-âge également, pas de partis politiques, seules l'obéissance toute relative aux préceptes moraux de l'Eglise et la fidélité envers son suzerain comptaient. Et ceci restait suffisant pour le peuple tant que le seigneur maintenait la sécurité et n'alourdissait pas les taxes de manière exagérée. Sinon le peuple fuyait, ou faisait allégeance à d'autres puissants.
Sous cet angle, seuls importent probablement, les débats politiques qui touchent à l'organisation même du territoire Steemien par ses citoyens. On y discute de les meilleure manières de contenir les abus ou d'améliorer l'équilibrage des richesses tout en conservant la viabilité d'une structure en forte croissance. Et ceci afin d'atteindre une adhésion massive. Le Steemien se rend vite compte qu'il occupe une nouvelle zone d'autonomie temporaire où les anciennes vues politiques traditionnelles n'entrent pas en adéquation avec le nouveau western cybernétique qu'est la blockchain. Ici tout est affaire de consensus.

https://busy.org/p/@dragonanarchist/founded-and-driven-by-the-anarchists-why-the-concept-behind-steemit-is-world-changing

https://busy.org/p/@ixindamix/steemit-semble-s-apparenter-a-une-societe-feodale-medievale

C'est pourquoi je m'attends à voir naître de petits ilôts d'espace de discussion politiques qui n'auront qu'une audience réduite, limitée à quelques cercles militants mais où le Steemien ne trouvera que peu d'intérêt aux gesticulations argumentaires déployés par le traditionnel parti. A moins que ce dernier ne s'intéresse lui-même à Steem et à son fonctionnement en entrant dans la danse, mais une fois ce pas franchi, il n'aura que sa citoyenneté de Steemien à faire valoir et sa mission originelle en sera dénaturée.

Transparence et débats

Mais que l'on ne se méprenne pas sur mes propos, j'acceuille avec une joie non dissimulée la présence expérimentale de partis politiques sur Steem car ils devront, je l'espère, également participer pleinement à l'exercice citoyen de la critique constructive face à la divergence d'opinion sans que cela ne se transforme en pugilat de downvote, et ce en assumant toute la transparence auquelle la blockchain les soumet de facto. Je vais observer cela avec délectation.

PS : Vous remarquerez que je ne donne pas les liens vers les partis. Je ne tiens pas à leur faire de publicité pour l'instant. Une simple recherche sur le tag "politique" devrait vous y mener.

A+

Sort:  

Je suis personnellement en train d'inviter un parti politique belge.
Pour ce qui est de leur communauté, chacun y trouvera son chemin, rien oblige personne à suivre ou non compte :-)
Maintenant si les textes publiés sont "illégaux", faudrait trouver un moyen ou l'autre pour les cacher, puisque impossible de détruire ... Mais ce genre de problème est valable pour tout un chacun, politique ou non :-)

Salut @itharagaian je suis d'accord avec toi. On est pas obligé de suivre. Quant à des contenus illégaux, des cadres de lois existent. Meme si les sanctions s'avèrent inapplicables.
Je suis intéressé de voir comment la communauté politique de ton parti va se se greffer dans l'univers de cette plateforme.