Mais que se passe-t-il chez Auxine ? Saison 1 Épisode 1

in busy •  4 days ago

Bonjour à tous,

Le magasin est fermé depuis presque 2 mois et le site marchand est hors-ligne.

Non non ! Je ne suis pas parti sans prévenir en vacances en Uruguay !

Certains ont déjà pu lire les articles un peu limite des DNA et de l’Alsace.

Les articles des DNA et de l’Alsace

auxine article dna 210418.jpg
Article paru dans le journal « Les Dernières Nouvelles d’Alsace » le 21 avril 2018
auxine article lalsace 210418

auxine article lalsace 210418.jpg
Article paru dans le journal « L’Alsace » le 21 avril 2018

En commentaire je dirais juste que contrairement à ce qui est dit dans les DNA je n’ai jamais incité personne à cultiver du cannabis au travers de ma jardinerie.

Les premières perquisitions

Le 17 avril à 7h la gendarmerie toque à la porte de mon domicile du Bas-Rhin pour une perquisition.

Je leur remet :
- 1,3 gramme de haschich légal au taux de THC <0,2%
- 270 grammes de chanvre
- 900€ du salon des orchidées auquel j’ai participé la veille à Strasbourg.

La perquisition s’est très bien passée puisque je n’avais rien à cacher et que je me suis montré coopératif. Mon fils de 2 ans et ma femme n’en ont pas pas trop soufferts et les menottes m’ont été mises à l’abri du regard de mes voisins, surtout de celui qui passait la tondeuse devant chez lui à 8h du matin… Le professionnalisme de la Gendarmerie n’est pas une légende et je les en remercie chaudement. Même le chien était gentil.

Suite à la perquisition de mon domicile (et un combo café/cigarette) je suis conduit au magasin Auxine à Colmar. Je remet aux gendarmes 12 autres kilogrammes de chanvre.

Ils saisissent :
- les feuilles à rouler
- les filtres
- les grinders (broyeurs)
- les boites tightvacs
- les balances
- les pipes
- les briquets
- des papiers administratifs
- les espèces soit environ 4000€
- un lot de cartes « Allo écoute cannabis »

Le magasin est mis sous scellé. Le compte de l’entreprise est soulagé de 8000€ environ qui restent bloqués sur un compte de l’état (messieurs les fournisseurs maintenant vous savez pourquoi je ne vous ai pas encore payé, désolé).

Du chanvre ?

Le chanvre (tiges, feuilles et graines non-triées) provient d’une culture légale déclarée en bonne et due forme à la gendarmerie de Vittel dans les Vosges (88). Celui-ci est destiné à un partenariat de recherche avec le CNRS et la Faculté de Pharmacologie de Strasbourg visant à mettre en évidence par analyse cytométrique l’efficacité du chanvre et des ses principes actifs sur certaines pathologies colorectales. Je travaille sur ce projet depuis plus de 2 ans avec notamment l’UFCM (Union Francophone pour les Cannabinoïdes en Médecine). Cette association organise un colloque international chaque année à Strasbourg depuis 7 ans. Une autre société qu’Auxine, « Fleurs de Chanvre sàrl », a été créée dans cet objectif. Tout est légal et déclaré. J’ai suivi à la lettre les indications du FNPC.

La garde à vue

S’en suivent 4 jours de garde à vue à la Gendarmerie de Colmar durant lesquels je suis auditionné régulièrement. C’est une première pour moi, je n’ai pas de casier. Je suis bien traité mais on me garde en cellule la nuit, le lit est en béton, et on me fait un prélèvement ADN au cas où… Enfin bon on ne peut pas tous s’appeler Nicolas Sarkozy…

On me pose beaucoup de questions sur le magasin. On m’apprend que l’opération fait suite à des clients cannabiculteurs qui se sont fait prendre en 2017 et qui ont déclarés se fournir en matériel chez Auxine et y recevoir des conseils de ma part. Une enquête d’environ 9 mois a été menée sur demande du Procureur (photos et écoutes). Pendant ces 4 jours de GAV une trentaine de clients sont perquisitionnés, presque tous sont cannabiculteurs, presque tous déclarent se fournir chez Auxine et y recevoir des conseils de ma part.

On me demande si j’ai un bateau, des objets d’arts, pourquoi je ne me paie que 540€ par mois (vous le saviez pas ça hein). On me demande si j’ai un lien avec Pablo Escobar. On me demande pourquoi, comment, quand etc… Je réponds honnêtement à chaque question, je n’ai rien à cacher et je ne suis pas un criminel, mes collègues et mes clients non plus.

En pleine grève des avocats

Le premier jour c’est la grève des avocats (…) donc pas d’avocat. Heureusement au deuxième jour la grève prend fin et un gendarme accepte (enfin) d’envoyer par MMS à ma femme une liste d’avocats que j’avais mis de côté dans mon bureau pour qu’elle puisse m’en appeler un. Je ne le verrai que le jour de ma comparution immédiate, en attendant j’ai droit à un avocat commis d’office.

La deuxième perquisition du magasin

Pendant ma garde à vue une deuxième perquisition a lieu chez Auxine.

Sont mis sous scellés :
- 39 cartons de gaines de ventilation
- 7 ampoules MH Powerplant
- 5 ventilateurs
- 1 ballast Lumatek
- 38 bouteilles d’engrais Bio-technology
- 379 sacs de terreaux Mills (oui oui)
- 23 bouteilles d’engrais Biobizz
- 13 bouteilles d’engrais Biocanna
- 13 bouteilles d’engrais Canna
- 4 pots de destructeurs d’odeurs ONA Apple Crumble
- 4 osmoseurs
- 12 caissons de ventilation insonorisés
- 3 bouteilles d’engrais GHE.
- 7 turbo-néons Florastar

Ce matériel serait identique à celui retrouvé lors des perquisitions chez les clients.

La comparution immédiate et le renvoi

Le 20 avril, après avoir mangé un sandwich thon/mayonnaise gracieusement offert par le tribunal, je passe en comparution immédiate aux côtés de Sébastien, mon salarié, et Nicolas, le sous-traitant qui me loue un local à l’arrière du bâtiment. Ils étaient aussi en garde à vue. Le procureur requiert 10 ans de prison et X milliers d’euros d’amende, je ne me souviens plus bien. On demande le renvoi et je suis placé sous contrôle judiciaire alors que le Procureur demande la détention provisoire (merci du fond du coeur Monsieur le Juge 🙂 ) donc je sors libre avec obligation de signer une fois par semaine à la gendarmerie. J’ai failli oublier dès la première semaine tellement je ne me sens pas dans la peau d’un criminel.

Les accusations

Je suis accusé de :
- complicité d’acquisition non autorisée de stupéfiants à mon domicile et à Colmar
- complicité de détention non autorisée de stupéfiants à mon domicile et à Colmar
- complicité d’emploi non autorisé de stupéfiants à mon domicile et à Colmar
- complicité d’usage illicite de stupéfiants à mon domicile et à Colmar
- usage illicite de stupéfiants à mon domicile et à Colmar
- détention non-autorisée de stupéfiants à mon domicile et à Colmar
- exécution d’un travail dissimulé à mon domicile et à Colmar

Les clients inquiétés

Dans les grandes lignes sur la totalité des clients ayant été auditionnés :
- 77% ont un emploi
- 62% sont en couple ou même en famille
- 4% font du trafic (un seul en fait)
- 42% ont déclarés cultiver leur cannabis eux-même pour éviter d’enrichir, de côtoyer et/ou d’avoir à supporter les dealers
- 8% ont déclarés cultiver leur cannabis pour lutter contre le terrorisme
- 27% ont déclarés cultiver leur cannabis pour en maîtriser eux-même la qualité sanitaire et organoleptique
- 15% ont déclarés se soigner avec le cannabis qu’ils produisent

Je ne sais pas ce qu’auraient été ces chiffres si l’enquête avait été faite à décharge…

La moyenne d’âge est de 35 ans. Aucun quinquagénaire, aucun sexagénaire et je crois aucun banquier, aucun patron, aucun fonctionnaire et aucun militaire.

Un client a déclaré s’être fournit pendant 25 ans au même endroit du quartier de la ZUP à Colmar avant de commencer à cultiver pour ne plus avoir à faire avec les dealers.
Un autre a déclaré avoir commencé à cultiver après s’être fait agressé dans ce même quartier en allant y acheter du cannabis.

Bref… je vous passe les détails.

Jugement le 13 juin à 14h

—> Jugement le 13 juin à 14h au Tribunal de Grande Instance de Colmar. L’audience sera publique.

Me Joseph Breham et Me Laurence Greig, tous deux du Barreau de Paris, sont mes avocats.

Authors get paid when people like you upvote their post.
If you enjoyed what you read here, create your account today and start earning FREE STEEM!